Transport et infrastructures

Le géant américain de l’ingénierie Aecom partenaire d’Hyperloop pour tester le transport sous vide dès 2016

Mots clés : Conception

Le 20 août, la société Hyperloop Transportation Technologies, qui développe le premier projet de transport ultra-rapide de passagers dans des capsules sous vide, a annoncé avoir signé un partenariat avec le géant américain de l’ingénierie Aecom pour construire une voie-test en 2016.

Ce qui n’était, en 2013, qu’une simple idée surgie du foisonnant cerveau d’Elon Musk, patron de SpaceX et Tesla Motors, va bientôt devenir réalité. Le 20 août, la société américaine Hyperloop Transportation Technologies, qui a repris le concept de Musk pour développer le premier projet commercial de transport à vitesse supersonique dans des capsules sous vide, a dévoilé de nouveaux partenaires de haut rang pour l’appuyer, et notamment Aecom, l’un des plus grands bureaux d’études en ingénierie mondiaux. « C’est la confirmation que notre modèle fonctionne », a déclaré Dirk Ahlborn, le PDG d’Hyperloop Transportation Technologies, dans un communiqué.

Le train supersonique tel qu’imaginé par Hyperloop sera encapsulé et circulera dans un tube posé sur des coussins d’air pressurisés. Il pourra atteindre 1220 km/h en ligne droite. Le tout fonctionnera à l’énergie solaire, cinétique et à l’éolien, pour un système auto-suffisant énergétiquement selon Dirk Ahlborn. Fort de l’expertise d’Aecom – qui a notamment conçu le projet ferroviaire Crossrail à Londres ou la ligne à grande vitesse Lisbonne-Madrid -, Hyperloop Transportation Technologies prévoit de commencer la construction d’une première voie-test de 8 km dès 2016, à Quay Valley (Californie). Et anticipe une ouverture du service aux passagers en 2018.

S’inspirant du livre blanc sur le projet Hyperloop publié en août 2013 par Elon Musk, Hyperloop Transportation Technologies a recouru au financement et à la production participatifs pour développer son projet. La société a reçu le feu vert des autorités californiennes en août 2014 pour construire la voie-test. D’autres sociétés américaines sont aussi sur les rails pour tenter de concrétiser la folle idée d’Elon Musk.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X