Economie

Le financement participatif s’invite dans la boîte à outils de la médiation du crédit

Le Médiateur national du crédit aux entreprises a signé une convention de trois ans avec l’Association française du financement participatif (AFPF). Les chefs d’entreprises se verront proposer un accès au crowdfunding, parmi les solutions de financements.

D’un côté, la Médiation du crédit aux entreprises. Créée en 2008 et présente dans chaque région française, elle aide les entreprises qui peinent à se financer. Depuis ses débuts, elle a débloqué 6,1 milliards d’euros de crédits aux entreprises, en aidant 20 000 d’entre elles. De l’autre, l’Association française du financement participatif (AFPF). Cette structure rassemble les principaux acteurs de ce marché en plein essor. Le principe : proposer à des investisseurs particuliers de soutenir des projets, soit par le don, soit par le prêt rémunéré, soit par l’equity, c’est-à-dire la participation au capital.

 

Echange de bons procédés

 

Mercredi 16 décembre, le Médiateur national du crédit aux entreprises Fabrice Pesin et le président de l’AFPF Nicolas Lesur ont signé une convention de partenariat pour trois ans. La Médiation du crédit aux entreprises fait ainsi entrer le financement participatif, également appelé crowdfunding, dans la palette des solutions proposées par les médiateurs régionaux aux chefs d’entreprise. « Nous traitons globalement deux types de dossiers, explique Fabrice Pesin. D’une part, ceux des entreprises en difficulté qui peinent à se financer. Ceux-là appellent avant tout un traitement bancaire. Et d’autre part, ceux d’entreprises en bonne santé financière, mais qui ne trouvent pas de financement satisfaisant. Pour celles-là, le financement participatif peut être très intéressant. » C’est notamment le cas des entrepreneurs porteurs d’une innovation de rupture, mais aussi de ceux qui sont prêts à payer un peu plus plutôt que de se soumettre aux garanties personnelles ou réelles exigées par les banques.

L’AFPF s’engage, pour sa part, à renvoyer vers la médiation du crédit les entreprises dont les dossiers ne sont pas retenus par les plateformes de financement participatif. Une manière d’accroître la notoriété de cette institution, que tous les entrepreneurs ne connaissent pas forcément.

 

Le BTP à l’heure de la finance participative

 

Cette convention constitue pour le financement participatif une reconnaissance institutionnelle forte. Ce secteur a déjà irrigué l’économie réelle de 50 millions d’euros collectés avant tout auprès de particuliers. La promotion immobilière le pratique volontiers pour l’amorçage d’opérations de construction. Mais plusieurs bureaux d’études ou entreprises de bâtiment se sont eux aussi tournés récemment vers cette solution nouvelle. Ainsi, la société IPE Air, spécialisée dans l’isolation et créée en 2011 à Epinal, qui emploie neuf personnes, s’est tournée à l’été dernier vers la plateforme Lendopolis pour lever 99 000 euros afin de financer le développement de sa propre mousse isolante, avec l’ambition de décrocher un avis technique. Une somme collectée en 34 jours, en plein été.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X