Paysage

Le festival des jardins euphorise la Côte-d’Azur

Mots clés : Aménagement paysager - Manifestations culturelles

« Succès extraordinaire » selon Jean Mus, paysagiste et parrain de la manifestation, la première édition du festival des jardins de la Côte-d’Azur conduit le département des Alpes-Maritimes à programmer sa reconduction à un rythme biennal. La programmation On s’est concentrée sur cinq villes avec 10 jardins en compétition, tandis que le Off a mobilisé les forces vives de l’horticulture et de la nature urbaine à travers tout le territoire.

A la confluence de la promenade du Paillon et de celle des Anglais, au cœur de la ville meurtrie par le camion de la mort le 14 juillet dernier, Mounta Cala reflète bien l’idée d’un « festival du bonheur et de l’art de vivre », selon l’expression du paysagiste Jean Mus. Nom de l’oeuvre qui a décroché le prix des professionnels du paysage au premier festival des jardins de la Cote d’Azur, Mounta Cala sert de cri de ralliement aux foules niçoises de fans de foot, qui le scandent avec des mouvements de va-et-vient.

 

Nice magnifie le poudingue

 

Stimulant de ces euphories contagieuses, la brise de mer imprime ce même mouvement aux voiles bleues qui coiffent le jardin créé par Scape Design. Elle donne son ondulation à la dune de poudingue : le concepteur a consacré près de la moitié des 20 000 euros de budget du jardin au prélèvement de ce matériau de remblai dans les collines environnantes, et à son acheminement jusqu’ici. Pour le façonnage, l’art de vivre a suppléé au manque d’argent : les anglais Helen et James Basson, fondateurs de l’agence de paysage monégasque, ont nourri et logé cinq de leurs amis pour qu’ils exécutent le chantier. Après la clôture du festival qui s’est déroulé du 1er au 30 avril, les estivants peuvent continuer à apprécier le résultat jusqu’à la fin juillet.

 

Menton ressuscite la canne de Provence

 

Au poudingue de Mounta Cala à Nice, répondent les cannes de Provence des Jardins secrets de Menton, lauréats du grand prix et coup de cœur du prix de la presse : constitué par cinq anciens élèves de la promotion 2014 de l’école du paysage de Blois, le collectif les Olivettes a utilisé ces bambous qui foisonnent dans les délaissés urbains de la côte, et qui servaient autrefois à conforter des talus ou à délimiter des terrains. « Après trois semaines de récolte dans une friche ferroviaire en fin d’hiver, nous avons appris à tisser les cannes coupées en quatre, dans le sens de la longueur, avec un ciseau à bois », raconte Saumuel Bonnefoi, membre du collectif. Reliées par un platelage, cinq huttes et autant d’ambiances intimes rendent hommage à la diversité végétale de Menton. La ville accueille jusqu’à la fin de cet été les deux jardins provisoires qui témoignent de sa contribution au festival.

 

Les parfums de Grasse déplacent les montagnes

 

Dominant la côte à l’autre extrémité des Alpes Maritimes, le musée international de la parfumerie (Mip) illustre la mobilisation de tout un territoire autour de la programmation off. Mouans-Sartoux montre aussi que le parfum, tout comme la foi, peut déplacer les montagnes : en 2010, la commune de la banlieue de Grasse a réussi à forcer la porte des Musées de France avec un jardin porté par une association financée par l’enseigne Botanic. La ville a pu alors passer le relai à la communauté d’agglomération qui conforte le projet initial – y compris dans son volet associatif, incarné par les amis du jardin – en l’intégrant au « Grand Mip » : Grasse pour les objets, Mouans-Sartoux pour le jardin.

 

L’Eden se révèle derrière la serre

 

Sur les 3 hectares 100 % bio et sans pesticide où il se déploie avec une équipe de quatre jardiniers, Francesco Barberio reste fidèle au concept tracé dans les années 2000 par le paysagiste François Navarro : d’abord franchir la serre pour se nettoyer des miasmes périurbains issus des MacDo, des gaz d’échappement ou des résidences pseudo-rustiques ; puis embrasser du regard la pente verdoyante et rescapée du mitage, coupée en deux par une rigole et son clapotis. A gauche, les champs intensifs restituent l’amont de l’industrie du parfum. A droite, se succèdent des pièces de l’Eden encadrées de pierre sèche, ponctuées de cyprès centenaires et de pergolas récentes, fruit de la coopération entre la nature et les jardiniers d’hier et d’aujourd’hui… Entre les roses de mai et les jasmins, « Les mauvaises herbes attirent les pucerons, ce qui facilite le travail des coccinelles en cas d’attaque »,  commente Francesco Barberio.

 

25 communes partagent leur savoir-vert

 

Son équipe illustre le message du festival, synthétisé par Catherine Moreau, conseillère départementale, adjointe au maire de Nice et entrepreneure en paysage  : « Avant Cannes et le Grand prix de Monaco, 25 communes issues de toutes les vallées se sont mobilisées, de la mer à la montagne, pour témoigner des savoir-faire qui conduisent à l’apaisement, à la convivialité et au retour vers la nature », s’est enthousiasmé l’élue, le 26 avril en présentant l’événement à l’Association des journalistes des jardins et de l’horticulture. Longue vie au festival des jardins de la Côte d’Azur !

 

Focus

Quatre prix pour dix jardins

Au prix attribué par un jury international constitué autour du paysagiste Jean Mus, le conseil départemental des Alpes-Maritimes et son Comité régional du tourisme, organisateurs du premier festival des jardins de la Cote d’Azur ont ajouté trois autres distinctions. Ce palmarès a départagé les 10 jardins provisoires en compétition, à raison de deux pour chacune des villes participant à la programmation officielle : Antibes-Juan-les-Pins, Cannes, Grasse, Menton et Nice.

Prix officiel et coup de cœur de la presse : collectif Les Olivettes, pour Jardins secrets à Menton.

Prix du public : David Simonson et Jules Lefrere pour le Jardin de la sixième extinction à Cannes.

Prix des professionnels du paysage : Scape Design, pour Mounta Cala à Nice.

Prix de la presse : Nicolas Besse et Pauline Giret, pour Le Banquet à Cannes.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X