Entreprises de BTP

Le droit du travail français doit s’appliquer aux Polonais de Porcheville

La direction du travail des Yvelines vient d’obliger une entreprise polonaise à verser à ses salariés du site EDF de Porcheville (Yvelines) la différence entre leur rémunération et celle de la convention collective de la métallurgie.

Dans une lettre dont l’AFP a obtenu copie, la direction départementale du travail rappelle à l’entreprise polonaise Zrew S.A., qui emploie 36 ouvriers polonais depuis novembre à la centrale EDF de Porcheville, qu’elle doit « appliquer à l’ensemble des salariés détachés en France les salaires minimums conventionnels prévus par la convention collective de la métallurgie de la région parisienne » ainsi que « les diverses primes prévues par la convention collective applicable ».
La direction du travail précise également que la société polonaise doit appliquer à ses employés « les règles relatives à la majoration des heures supplémentaires » et que « les salariés détachés en France doivent bénéficier de la loi 78-49 du 19 janvier 1978 dite loi de mensualisation ».
La régularisation doit être effectuée « à l’occasion du versement de la paie du mois de mars 2006 » précise la direction du travail des Yvelines dans sa missive.

De son côté, la CGT mines-énergie dénonce « fermement le comportement des entreprises nationales donneuses d’ordre, EDF et Alstom » qui ont créé « cette situation par la mise en oeuvre d’une politique d’achat privilégiant le moins disant social ».
La fédération envisage de saisir « dans les prochains jours le tribunal de Mantes-la-Jolie (Yvelines) pour que justice soit faite et que le préjudice subi par les salariés de la centrale soit immédiatement levé ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X