Energie

Le diagnostiqueur peut-il encore se tromper ?

A priori non. Un diagnostiqueur vient d’ être condamné par le Tribunal de grande instance de Paris pour avoir réalisé un diagnostic de performance énergétique (DPE) erroné.

Les « erreurs grossières» qu’il a commises ont justifié la mise en jeu de sa responsabilité civile professionnelle pour réparer le préjudice subi par l’acquéreur. Alors que les lacunes de ce DPE devenu obligatoire en janvier sont connues, le gouvernement tarde à présenter le plan de fiabilisation annoncé pour avril. Ce nouveau DPE devrait intégrer deux fois plus de critères et exiger une formation renforcée.

Responsabilité des promoteurs

Si l’on va plus loin, cette jurisprudence interroge sur la recherche de responsabilité des promoteurs (si les logements neufs vendus n’affichent pas les niveaux de consommation annoncés) ou des professionnels (chargés de délivrer les attestations de prise en compte de la réglementation thermique, conformément au décret du 18 mai 2011). Certes le DPE estime la consommation énergétique réelle du bien, ce qui n’est pas le cas de la réglementation thermique et des labels, qui reposent sur un calcul théorique. Mais la jurisprudence ayant tendance à trancher en faveur des acquéreurs non professionnels s’ils ne bénéficient pas des bénéfices attendus du bien acquis, cela devrait inciter les professionnels à prévoir des clauses d’information claires à destination des acquéreurs.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Trop d'espace pour les diagnostiqueurs

    Je pense que le dpe laisse trop d’espace au diagnostiqueur immobilier. Si c est un incompétent, le diagnositic sera pourri . Cette condamnatione st une bonne chose !
    Signaler un abus
  • - Le

    Diagnostic virtuel ?

    Aux vues de l’énoncé des fautes commises, on est en droit de se demander si le prétendu diagnostiqueur s’est rendu sur place. Le gouvernement qui veut fiabiliser le DPE aurait dû commencer par préciser qu’il fallait prendre des relevés in-situ ! Cet exemple montre clairement que le problème ne se situe pas dans le détail de l’épaisseur d’isolant, mais bien dans le manque de conscience professionnel de certains. Mais que fait la répression des fraudes ?… Un diagnostiqueur désabusé !
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X