Commande publique

Le déploiement d’une économie circulaire passera aussi par l’implication de la fonction achats

Mots clés :

Situation économique

La fonction achats a un rôle à jouer dans le changement de paradigme économique voulu par l’économie circulaire. C’est le credo exprimé par l’Observatoire des achats responsables (Obsar) lors d’une récente matinale dédiée au sujet à Paris.

A la demande notamment de ses entreprises adhérentes, l’Observatoire des achats responsables (Obsar) a organisé une matinale dédiée à l’économie circulaire le 2 juin. Objectif : sensibiliser les acheteurs publics et privés à cette notion (voir focus).

Présente à la matinée, la chargée de mission des achats publics écoresponsables à l’Ademe, Dominique Veuillet estime que « la fonction achats a un rôle majeur à jouer dans le déploiement d’une économie circulaire ». L’acheteur est en amont de la consommation. Avant le lancement de la consultation, quand il définit le besoin en interne et fixe des critères de sélection des fournisseurs, il a d’importants leviers. Pour Valdélia, éco-organisme de collecte et de recyclage des déchets d’ameublement professionnels, le rôle de l’acheteur est, par exemple, « de recourir aux prestataires éco-contributeurs et d’acheter des produits recyclés ».

 

Mutations à intégrer

 

Le projet de loi relatif à la transition énergétique prévoit un titre dédié à l’économie circulaire. Il définit la notion et fixe des objectifs. « Prévue pour l’été, son adoption entraînera une mutation profonde », selon François-Michel Lambert, président de l’Institut de l’économie circulaire (IEC) et député des Bouches-du-Rhône. La France va se doter d’une stratégie de transition vers une économie circulaire avec une planification à cinq ans. Objectif : diminuer l’intensité des besoins en matières premières par habitant tout en augmentant son niveau de vie.

« C’est une formidable opportunité qui demande une mutation de l’ingénierie technique, organisationnelle, financière et comptable – mutations que l’achat devra intégrer », explique le président de l’IEC. Celui-ci souhaite la mise en place d’un modèle comptable permettant de monétariser les externalités positives d’un achat et de les redistribuer aux créateurs de valeurs, a l’instar des actions d’Ecofolio, l’éco-organisme de recyclage de papier. Ce dernier verse à ses adhérents une prime selon la quantité de feuilles recyclée. Il participe ainsi au changement de comportements et à la dynamisation de la filière recyclage.

Selon le député des Bouches-du-Rhône, l’acheteur doit « passer d’un achat brut (simple acte de payer une facture) à une stratégie avec des leviers en amont et en aval pour généraliser la création de nouvelles valeurs ». L’achat étant la demande de produits nouveaux, mais aussi l’offre de produits existants.

 

Focus

L’économie circulaire expliquée par François-Michel Lambert, président de l'IEC

« L’économie circulaire repense le modèle économique en posant la ressource au centre du développement. Il s’agit de passer d’une économie de stock à une économie de flux où la circulation de ressources crée de la valeur. Pour être efficient dans l’usage de la ressource, il faut penser : « 3 R » (réparer, réutiliser, réemployer), écoconception des produits (analyse du cycle de vie), économie de fonctionnalité (partage de l’usage), écologie industrielle (rationalisation des flux) et éducation (sensibilisation au changement de comportements). Le tout inscrit dans une stratégie d’entreprise ou de territoire avec une mobilisation multi-acteurs et une logique d’amélioration continue. »

 

Dates à ne pas manquer sur l’achat circulaire

 

« La discussion entre les parties prenantes du territoire (fournisseurs, fabricants, PME, collectivités, etc.) permettra le passage à l’action », explique Dominique Veuillet. L’Ademe, l’IEC et l’Obsar organisent à cet effet un cycle de rencontres et d’études en la matière :

– 16 et 17 juin 2015 : « Les 2ème assises de l’économie circulaire » de l’Ademe et de l’IEC. À noter : l’atelier 7 « Recyclage, réemploi, réutilisation des matériaux et des déchets du BTP : de réelles opportunités » et l’atelier 13 « Mobiliser la commande publique, un puissant levier pour l’économie circulaire ».

– À l’automne 2015 : deux ateliers de réflexion de l’IEC et de l’Obsar sur la commande publique circulaire.

– Janvier 2016 : publication d’une note de l’IEC sur les critères d’une politique d’achats publics circulaires.   

– Septembre 2016 : publication d’une étude de l’Ademe sur le bénéfice d’une politique d’achats responsables en entreprise.

 

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X