Entreprises de BTP

Le constructeur Kazal prend le marché de la maison individuelle à contre-pied

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Maison individuelle

Alors que le marché de la maison individuelle est toujours en berne, un nouvel acteur vient de faire une entrée remarquée en développant, sur l’ensemble de l’arc Atlantique, la technique Weberhaus du mur fermé, très répandue en Allemagne depuis 20 ans.

«En février 2014, j’ai eu l’opportunité de reprendre le site de production de JPB Construction, à Bressuire (Deux-Sèvres). Ce site de 4 000 m2 de surfaces couvertes était dans un très bon état et, avec sept salariés, nous l’avons remis en marche» témoigne Arnaud Marchand, P-DG de Kazal Industrie, qui a investi 3,5 millions d’euros avec l’aide de trois fonds d’investissement.

Dans le même temps, la jeune société, qui a implanté son siège social et son bureau d’études à Pacé (Ille-et-Vilaine), décroche un marché de taille. Sous-traitant de second rang d’Ossabois, elle devra livrer en sept semaines 25 000 m2 d’ossatures bois sur le Center Parc de la Vienne, soit 220 semi-remorques. «Ce marché nous a confortés dans l’idée de nous lancer dans les logements groupés pour bailleurs sociaux en contractant général» commente Arnaud Marchand.

 

90% de la maison fait en usine

 

De fait, le mode constructif de Kazal présente de sérieux avantages. «A partir d’une modélisation 3D, 90% de la maison sont faits en usine et nous livrons des produits clés en main dans les quatre mois à partir de l’obtention du permis de construire» assure l’entrepreneur. Aujourd’hui, à partir de ses agences à Lorient, Vannes, Nantes, Rennes, Fougères, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Rouen et Le Havre, Kazal a déjà livré 60 maisons.

 

 

Un catalogue volontairement limité

 

Avec une consommation moyenne de 38 kWep/m2, elles surpassent de 20 à 40% les objectifs énergétiques de la RT 2012. «On est performant, mais ce sera différenciant lorsqu’on atteindra le niveau Bepos. Pour l’heure, nos clients veulent avant tout des garanties sur le coût et les délais» explique Arnaud Marchand. Pour cela, le constructeur propose un catalogue, volontairement limité pour correspondre à l’outil de production et optimiser les achats. La recette semble prendre. La jeune société, qui compte déjà 50 salariés, table sur 7 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015. A partir de 2017, elle espère pouvoir construire 400 maisons par an.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X