Etat et collectivités

Le conseil général des Hauts-de-Seine accroît son effort d’investissement

Mots clés : Etat et collectivités locales

Alors qu’un grand nombre de collectivités territoriales réduisent la voilure budgétaire, le département des Hauts-de-Seine fera progresser ses investissements de 11% en 2013

Les grandes masses du budget primitif 2013 du conseil général des Hauts-de-Seine s’établissent à 1,444 milliard d’euros en fonctionnement dont 698 millions pour les dépenses de solidarité et 549,6 millions en investissement, en progression de 11% par rapport à 2012, le tout sans hausse de la fiscalité, stable depuis 2009. «L’investissement est porteur d’emploi et de croissance. Si nous renoncions à nos ambitions, nous ne ferions qu’accroître les difficultés des entreprises et des habitants des Hauts-de-Seine», a indiqué le président du conseil général, Patrick Devedjian. Au chapitre des transports, 65,13 millions sont inscrits, avec notamment 15,51 millions pour le tramway T6. A noter une hausse du budget des routes à 73,10 millions (+18,86 %) dont 46,77 millions (en crédits de paiement) réservés à l’amélioration des infrastructures routières. Exemples : la requalification de la RD7 «Vallée Rive Gauche» pour 9,50 millions (autorisations de programme : 121 millions), celle de la RD 20 à Antony/Sceaux/Bourg-la-Reine pour 4,20 millions (AP : 77 millions), celle de la RD 1 à Clichy-la-Garenne pour 8,30 millions (AP : 135 millions).Etant équipé, le département s’oriente désormais vers des programmes de réhabilitation des collèges. Une enveloppe pluriannuelle de 300 millions est prévue sur 2013-2015 dont 70,6 millions prévus cette année. En cours, la reconstruction du collège Descartes d’Antony livré en janvier 2014. En phase de conception, la restructuration du collège Paul-Eluard et la construction d’un gymnase à Châtillon (AP de 36,20 millions), livrable en 2016-2017. Enfin, à l’étude, la reconstruction du collège Marcel-Pagnol à Rueil-Malmaison (AP : 38,5 millions), livrable en septembre 2017.

Endettement en baisse

 

Enfin, les Hauts-de-Seine maîtrisent leur dette. En 2013, le capital de la dette à rembourser est de 30,2 millions (-8,5% par rapport à 2012) avec des frais financiers de 16,14 millions (-16%). L’autorisation d’emprunt d’équilibre est fixée à 279,19 millions ajustée tout au long de l’exercice en fonction de la réalisation du budget. Mais en 2012, le conseil général n’a pas eu recours à l’emprunt. Le stock de la dette est, lui aussi, à la baisse, passant de 196 millions début 2012 à 163 millions au 31 décembre 2012.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X