Vie de l'entreprise

Le Conseil d’Etat durcit la possibilité pour un mineur d’être exposé à l’amiante sur chantier

Mots clés : Bâtiment et santé

Le Conseil d’Etat a jugé que les mineurs pouvaient bien intervenir, par dérogation, sur un chantier amianté, mais seulement si l’exposition correspond au niveau 1 d’empoussièrement à l’amiante.

Il sera toujours possible de faire venir un travailleur mineur sur un chantier susceptible de dégager des poussières d’amiante, mais seulement si le risque correspond au niveau 1 d’empoussièrement à l’amiante. C’est ce que vient de décider le Conseil d’Etat, qui avait été saisi du sujet par l’Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva). L’Andeva demandait l’annulation de deux décrets d’octobre 2013, dont l’un d’eux instaurait la possibilité, par dérogation, d’exposer un jeune travailleur à des niveaux 1 et 2 d’empoussièrement à l’amiante.

Le Conseil d’État a également estimé qu’il manquait des précisions d’importance à ces textes. D’une part, il faut s’assurer que l’exposition de ces jeunes est « nécessaire aux besoins de la formation professionnelle des mineurs ». D’autre part, il devrait être précisé que ces jeunes doivent être « surveillés par une personne compétente sur les travaux ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X