Performance énergétique

«Le confort d’été devient un sujet partagé dans toute la France», Florence Rosa, présidente d’EnvirobatBDM

Mots clés : Conception - Efficacité énergétique - Management - Réglementation thermique et énergétique

L’association EnvirobatBDM, créée en 2003 pour promouvoir une construction et un aménagement adaptés au climat méditerranéen, organise le 22 septembre à l’Ecole du management (EMD) à Marseille un colloque sur le confort d’été. Animée par Daniel Fauré, premier président d’Envirobat BDM, cette troisième édition de «Bati’frais» comptera parmi ses intervenants Dick Bourne, ingénieur et président d’Integrated Comfort Inc. Florence Rosa, la présidente d’EnvirobatBDM, présente le programme et les dernières actualités de l’association.

Pourquoi un colloque sur le confort d’été ?

Florence Rosa: Avec le réchauffement climatique et la nécessité de diminuer les consommations énergétiques, le confort d’été devient un sujet partagé dans toute la France. Pendant longtemps, on s’est focalisé sur la diminution des besoins de chauffage et donc sur l’enveloppe, faisant des bâtiments «des bouteilles thermos», comme aime à le répéter Thierry Salomon, directeur d’Izuba Energies et directeur de Negawatt. C’est bien d’éviter les consommations énergétiques mais on en oublie le confort et l’usage. Notre association est née avec l’idée de promouvoir une autre façon de construire en Méditerranée afin de diminuer la consommation d’énergie fossile et d’éviter le recours systématique à la climatisation. Autour de la Méditerranée, on estime qu’elle est utilisée dans 50 à 70 % des bâtiments tertiaires. Elle se généralise pour obtenir 24°C en continu, alors que son usage devrait être limité aux périodes de canicule. Les démarches de bâtiments durables méditerranéens (BDM) et quartiers durables méditerranéens (QDM) développées par notre association est née de cette préoccupation. Nous voulons aussi apporter notre pierre à la réflexion sur le réchauffement climatique. Aussi, après la MedCop 21 en juin 2015, nous avons décidé de faire un point tous les ans sur l’adaptation climatique des bâtiments et de l’urbanisme. Le colloque «Bâti’frais» est la concrétisation de cette envie. A cette occasion, nous invitons des architectes, des ingénieurs, des paysagistes, mais aussi des maîtres d’ouvrage et des industriels à débattre. Notre objectif est de faire muter la filière et de démontrer que des solutions efficaces existent pour construire autrement.

 

Quels sont les axes forts de cette troisième édition ?

F. R.: Le colloque est d’abord un lieu d’échanges de pratiques, sachant que notre ligne scientifique est de parler de projets en fonctionnement. Le 22 septembre, six réalisations vont être présentées, dont deux opérations de logements sociaux en région Paca et dans le Piémont en Italie, ainsi qu’un Institut médico-éducatif en Guyane française. Maîtres d’œuvre et ou maîtres d’ouvrage feront un retour sur expérience pour chacune d’elles. Pour cette troisième édition, nous sommes très heureux d’accueillir Dick Bourne. Ingénieur, ancien directeur du Western Cooling Efficiency Center (WCEC) à l’université de California Davis, il cherche à accélérer la mise en place de nouvelles technologies de refroidissement adaptées aux climats secs. C’est un grand témoin venu de Californie, une région aux Etats-Unis qui veut relever le défi de la transition énergétique.

L’autre point fort de cette journée sera la présentation du premier bilan national sur le confort d’été. Il sera présenté par Sylvain Mangili, responsable de la délégation régionale Auvergne-Rhône-Alpes de l’Agence Qualité Construction (AQC) et par Bilal Chreim, chargé de mission REX Bâtiments performants chez EnvirobatBDM. Ils rendront compte du résultat d’un audit du comportement de plus d’un millier de bâtiments en France.

 

Quels sont les autres projets de l’association ?

F. R.: Déjà, EnvirobatBDM déploie sa démarche dans d’autres régions de France. En juin dernier, s’est réunie la première commission pour évaluer trois projets de réhabilitation (deux concernant des logements collectifs, un autre concernant une école maternelle) selon la démarche «Bâtiments durables franciliens» . Le projet de rénovation de l’Hôtel-Dieu à Paris doit quant à lui être présenté dans les prochains mois. L’association porteuse est Ekopolis. Je le répète, notre démarche vise à accompagner un porteur de projet de la conception à la réalisation, puis deux ans après la livraison du bâtiment. En Nouvelle-Aquitaine, une démarche Bâtiments durables Nouvelle-Aquitaine va bientôt naître. Le Creahd à Bordeaux et le Cluster Eco-Habitat de Poitiers nous ont sollicités pour les aider à monter une démarche propre. Nous avons signé la convention de partenariat le 30 mai 2017. Ensuite, nous allons travailler pour déployer le bâtiment BDM passif. Il faut faire du passif adapté à la Méditerranée. Un autre chantier est d’avancer dans la démarche QDM que nous avons lancée en début d’année. A ce jour, quatre maîtres d’ouvrage se sont engagés dans la démarche: Citadis avec le quartier Bel Air en Avignon, l’agglomération Toulon Provence Méditerranée avec le quartier Chalucet ou de la connaissance, Cagnes-sur-Mer avec le pôle multimodal et, enfin, la commune de Volonne avec son projet de centre bourg durablement rénové.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X