Energie

Le CITE transformé en prime versée à l’achèvement des travaux

Mots clés : Démarche environnementale - Gouvernement

Dans un entretien accordé à Libération et publié ce lundi, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot annonce les « quatre premières mesures phares » du plan climat qui « permettent de bien cibler et aider les ménages aux moyens limités ».

Prime à la casse étendue, chèque énergie, crédit d’impôt transformé en prime et coup de pouce pour changer de chaudière sont « les quatre premières mesures budgétaires destinées à concrétiser le plan climat », présenté par Nicolas Hulot le 6 juillet. « Il y a quatre mesures importantes, qui s’inscrivent dans la dimension solidaire de mon ministère et constituent ce que j’appelle le +paquet solidarité climatique+ », explique lundi 18 septembre à Libération, le ministre de la Transition écologique et solidaire.

Nicolas Hulot a décidé de s’attaquer notamment à « l’axe 3 » de ce plan : faire de la rénovation thermique « une priorité nationale et éradiquer la précarité énergétique en 10 ans » en proposant un accompagnement aux Français à revenus modestes.

Pour ce faire, il souhaite souhaite donc étendre le « chèque énergie » déjà expérimenté dans quatre départements. « Il devrait permettre d’aider 4 millions de ménages aux revenus très bas à payer leur facture d’énergie ». Désormais « le chèque sera versé automatiquement, selon un barème allant de 48 à 227 euros par an. A compter de 2019, il sera revalorisé et passera à 200 euros par an en moyenne. C’est une mesure conséquente, j’y tiens beaucoup », affirme le ministre.

Deuxième mesure importante : en 2019, le « crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite) » sera « transformé en prime, versée dès que les travaux seront achevés ».

Enfin, un coup de pouce sera donné aux « ménages aux moyens les plus modestes qui veulent changer une chaudière au fioul très polluante, à condition de passer aux énergies renouvelables, comme le bois ou les pompes à chaleur. Cela pourra représenter jusqu’à 3.000 euros », conclut Nicolas Hulot.

Quatrième mesure du « paquet » : « une prime à la conversion des véhicules ». « Pour ceux qui veulent passer d’un vieux véhicule polluant à une voiture thermique à faible émission de CO2. A partir de 2018, la prime de 500 euros à 1.000 euros qui existait uniquement pour les ménages à revenus modestes, et qui ne fonctionnait pas bien, sera généralisée à tous les Français propriétaires de véhicules essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001 (…) Et pour tous ceux qui souhaitent passer à l’électrique, la prime à la conversion sera de 2.500 euros ».

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X