Bâtiment

Le ciment Biodynamic d’Italcementi bat pavillon italien

Mots clés : Produits et matériaux

Italcementi a profité de la tenue de l’Exposition Universelle de Milan pour lancer officiellement son nouveau ciment i.active Biodynamic. Un matériau « nouvelle génération » avec lequel a été érigé le pavillon italien.

L’image est frappante. Selon Enrico Borgarello, directeur recherche et innovation d’Italcementi, « si 30% des façades des bâtiments de Milan étaient conçues avec le ciment i.active Biodynamic, la quantité de gaz à effet de serre en ville diminuerait de 50%. » A l’heure où la pollution urbaine devient un enjeu majeur de santé publique, l’innovation du groupe italien pourrait séduire bon nombre de maîtres d’ouvrage, d’architectes et de bureaux d’études.

 

Sa particularité ? Grâce à son principe actif TX Active (à base de nanoparticules de dioxyde de titane réagissant à la lumière), qui accélère les processus physico-chimiques de dégradation des polluants de l’air par photocatalyse, le Biodynamic présente des propriétés dépolluantes et autonettoyantes. « Les composés organiques volatils, comme les oxydes d’azote (NOx), sont ainsi plus rapidement transformés en sels inertes (nitrates, sulfates…) avant d’être lessivés par la pluie jusqu’au sol », décrit Enrico Borgarello. Plus de 12 500 heures de recherche et développement, dans le laboratoire du groupe à Bergame (Lombardie), ont été nécessaires pour mettre au point ce nouveau produit.

 

Un ciment dépolluant et autonettoyant

 

Autre particularité du Biodynamic : sa formulation intègre, outre des fibres métalliques amorphes, 80% d’agrégats recyclés – et recyclables – issus du fameux marbre de Carrare concassé. Résultat ? Le béton produit avec le ciment « bio » d’Italcementi affiche une brillance remarquable lui conférant dès lors un indice de réflexion plus élevé qu’un béton classique. Une spécificité intéressante dans l’optique de réduire toujours davantage la consommation énergétique de l’éclairage public en ville.

 

Par ailleurs, les chercheurs italiens ont élaboré un matériau à « très haute fluidité » lui donnant une maniabilité et une ouvrabilité adaptées à la réalisation des formes les plus complexes. « Cinq brevets ont été déposés pour ce seul aspect », précise Enrico Borgarello. « L’un des avantages du ciment i.active Biodynamic est qu’il offre également un retrait avant prise inférieur à 500 micromètres, ce qui le démarque nettement d’un béton fibré à ultra-hautes performances (BFUP) traditionnel », ajoute Jean-Philippe Vacher, directeur marketing, grands comptes et développement d’Italcementi.

 

« Forêt pétrifiée »

 

Pour la construction du pavillon italien, le « Palazzo Italia » – le plus grand pavillon de l’Exposition Universelle de Milan –, 2 000 tonnes de Biodynamic ont été mises en œuvre dans pas moins de 750 panneaux de coffrage différents ! Ce sont ainsi 9 000 m² de surface, au dessin particulier rappelant une « forêt pétrifiée », pour reprendre l’expression de l’architecte italienne Susanna Tradati du cabinet Nemesi & Partners, qui ont été réalisés… en seulement trois mois de travaux.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Nanoparticules et manque de recul vis à vis de la santé et de l'environnement

    Ce projet est indubitablement spectaculaire mais les nanoparticules de dioxyde de titane font l’objet de suspicions dans le domaine de la santé. Ce sont de « objets » tellement petits que les barrières naturelles des organismes vivants sont impuissantes à les arrêter. Il est surprenant de voir à quelle vitesse on se précipite pour diffuser dans notre environnement des particules dont nous ne savons pas grand chose. Le scandale de l’amiante a montré ce type de dangers mais visiblement la leçon n’a pas encore portée. A l’heure du changement climatique et de la COP21, il serait utile de modifier notre regard sur l’architecture pour la penser plus modeste et à nouveau en harmonie avec son environnement. Pourquoi ne pas privilégier des fibres naturelles, renouvelables plutôt que de jouer aux apprentis sorciers ? Encore une occasion manquée…
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X