Transport et infrastructures

Le chantier de la gare de Bordeaux à sept mois de l’arrivée de la LGV

Mots clés : Gares, aéroports - Transport ferroviaire

En juillet 2017, Bordeaux sera à 2h05 de Paris. Le chantier de la gare, rénovation de la halle historique et construction d’une nouvelle halle voyageurs côté Belcier, doit être terminé à temps pour l’arrivée de la LGV Océane. Visite et état d’avancement du plus gros chantier de gare de province.

Pas moins de 14 chantiers sont menés simultanément sur le site ferroviaire de Bordeaux Saint-Jean, ce qui en fait le plus gros chantier provincial de la SNCF. Le timing des opérations, lancées en 2014, est ponctué par l’arrivée de la LGV de Paris-Tours-Bordeaux, prévue pour le 2 juillet 2017. Mais le chantier ne se résume pas à cette étape. D’autres sont en cours, ou vont être lancés. La totalité de la nouvelle gare et de ses abords sera achevée en 2018.

Rappel de l’avancement des chantiers achevés ou en cours d’achèvement avec Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau Nouvelle-Aquitaine : « Nous avons lancé en avril 2014 cette grande opération portant sur 14 chantiers de la gare Saint-Jean. Un ensemble qui représente 200 millions d’investissements. Sur les 14 chantiers, 6 sont terminés, 7 sont en cours et deux restent à lancer dans les prochains mois. Nous sommes à peu près aux deux tiers d’avancement des travaux, ce qui représente déjà autour de 120-130 millions d’euros de travaux engagés ».

Par ordre chronologique, les chantiers ont commencé en 2014 par le renouvellement des voies 1 à 7 (17 millions d’euros), le renouvellement des escaliers mécaniques (2 millions d’euros), le renouvellement des appareils de voies (aiguillages et voies au sud de la gare), l’aménagement du pont du Guit, qui assure une liaison (tram, voitures, piétons, vélos) entre la gare historique et son extension Belcier, au sud de la gare  (4,4 millions d’euros investis par Bordeaux Métropole et la ville). Ces chantiers sont terminés.

Ne pas oublier également l’achèvement du plus gros chantier ferroviaire mené en parallèle à toute l’opération gare: « nous avons mis en place en mai dernier la suppression du bouchon ferroviaire, qui représente 4 voies côté nord vers le pont sur la Garonne avec deux voies nouvelles dédiées pour la ligne LGV vers Libourne et Paris et deux voies pour la ligne vers Saintes et Nantes », précise Alain Autruffe. Un chantier de 500 millions d’euros.

Deux autres chantiers, confiés à la responsabilité d’Alain Bedu, directeur territorial SNCF Mobilitéssont achevés : « nous avons réalisé une station de maintenance des TGV, afin qu’ils soient maintenus sur place et non sur Paris. Et, avec la Région, nous avons également livré un centre de maintenance des TER Aquitaine. Cet atelier servira notamment à la maintenance des 46 nouvelles rames Régiolis et Régio 2N acquises par la région. Ces deux centres permettent de réaliser sur place une maintenance pour augmenter la disponibilité du parc ferroviaire régional et TGV ».
Particularité de ces chantiers, « ils sont réalisés avec la gare en exploitation, de nuit, les week-ends, certaines parties où l’on travaille 24h/24h, le tout sans suppression des trains commerciaux. Un exploit au quotidien pour nos équipes et partenaires », se félicite Alain Autruffe.

 

Une nouvelle gare opérationnelle en juillet prochain

 

Deuxième étape : les chantiers à terminer d’ici le 2 juillet 2017.

Trois gros chantiers sont menés en parallèle : la rénovation des halls 1 et 2, point d’entrée historique de la gare, la rénovation de la grande halle voyageurs, la plus vaste de province, datant de 1898, et qui n’avait subi aucune restauration de cette ampleur. Et enfin, la construction au sud de la gare actuelle, d’une nouvelle extension côté Belcier. Là encore le timing est serré : la rénovation du hall 1, de la grande halle voyageurs et l’extension Belcier doivent être livrés fin juin 2017.

 

 

« Le 2 juillet 2017, la LGV mettra Bordeaux à 2h05 de Paris contre 3h14 actuellement, la rénovation de la grande halle voyageur sera achevée et la nouvelle gare côté Belcier livrée », assure Alain Gétraud, directeur des opérations gare chez SNCF Réseau.

Mais le plus impressionnant, en l’état actuel, est le chantier de la grande halle voyageurs.

Alain Gétraud, responsable du chantier précise le cahier des charges « c’est une opération de régénération de l’ensemble de la grande halle voyageur, qui comprend la rénovation de la toiture, un chantier de 20 000 m2 de toitures, et 16000 m2 d’échafaudages. Pour travailler sur la charpente, au-dessus des voies en circulation, nous avons opté pour la réalisation d’un échafaudage géant de 18000 tonnes, qui enjambe les voies. Il supporte une plateforme à 18 mètres au-dessus des voies, sur toute la dimension de la halle, soit environ 16000 m2. Cette dimension et cet encombrement sont nécessaires pour pouvoir travailler en sécurité en maintenant la gare en activité. »

En quoi consistent les travaux de la grande halle voyageurs ? « Nous traitons à la fois la charpente et la verrière en sous-face et les deux pignons nord et sud. Il s’agit d’une réfection complète de la charpente métallique : réparation, remise en état, renforcement de certains éléments, sablage, remise en peinture, et remplacement des éléments bois de la charpente, recouverte de zinc. L’intégralité a été renouvelée, ainsi que les tous éléments verriers, il y a aura donc un gain de luminosité significatif entre l’avant et l’après chantier. La gare s’était opacifiée au gré d’un entretien, où les éléments vitrés étaient remplacés par du polycarbonate. »

 

 

Heureusement, la structure acier de la halle, datant de 1898, est saine, et ni la charpente maîtresse, ni même les étrésillonnages historiques n’ont dû être remplacés. « Toute la charpente métallique a été renforcée, sablée et repeinte, en revanche, toute la partie bois et zinc, notamment sur le long pan en façade, et tout l’entourage des verrières a été changé », précise Alain Gétraud.

La priorité étant donnée à la sécurité des ouvriers et des voyageurs, un aléa amiante et plomb (dans le sablage des structures) a marqué un ralentissement des travaux, dont certains ont dû être réalisés en confinement total. « Le chantier de la grande halle est néanmoins terminé à 90%, et tout trace de plomb ou d’amiante a été éliminée », précise le responsable du chantier.
La verrière est recouverte à 90% et le chantier, mené par GCC mandataire, devrait s’achever en février 2017. Un gros poste sera le démontage de la plateforme et de l’échafaudage, confiés à Arnholdt. Cette opération sera menée de mars à juin 2017.

 

 

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X