Collectivités territoriales

Le Cerema sur la sellette

L’inquiétude est forte au Cerema : en baisse, son budget a été adopté par le conseil d’administration in extremis. Mais si les baisses de crédits se poursuivent en 2017, l’avenir de l’établissement sera plus qu’incertain.

Créé le 1er janvier 2014, et regroupant les huit centres d’études techniques de l’équipement (Cete), ainsi que le Certu, le Cetmef et le Setra, le Cerema est dans la tourmente. Après une longue année et demie de démarrage, l’établissement qui réunit 3000 agents avait présenté en juin dernier son projet stratégique.

Il annonçait un changement de culture pour les agents, puisqu’il était question de renforcer le partenariat avec les collectivités locales, et d’augmenter la part du budget consacrée à cette partie de l’activité du Cerema, de 5 à 10% du budget. Il était aussi question d’augmenter les ressources propres.

Une stratégie largement compromise par le budget annoncé pour 2016 pour l’établissement : la subvention pour charges de service public votée par l’Etat, qui représente l’essentiel du budget, est en baisse de 7,3 millions d’euros, avec 214 millions annoncés. Une baisse supérieure à la baisse de la masse salariale annoncée pour 2016 de 64 postes, due à  des départs non remplacés.

 

Qui veut la mort du Cerema ?

 

« Si le budget évolue de la même façon en 2017, c’est l’existence même du Cerema qui est remise en question. Nous nous demandons quelle est la volonté de l’Etat en ce qui le concerne », met en garde Gaël Perdriau, maire (LR) de Saint-Etienne et président du Cerema, qui a décidé de voter le budget le 27 novembre dernier, pour éviter de mettre l’établissement  dans de plus grandes difficultés.

Les organisations syndicales représentées au conseil d’administration ont refusé de voter  le budget 2016, qui n’a été adopté que grâce à  la voix prépondérante du président.

Pourquoi une baisse si forte et rapide du budget pour un organisme aussi jeune ? Le Gouvernement s’était engagé à  une stabilité des moyens pour les deux premières années du Cerema, et semble désormais vouloir « rattraper » les crédits non amputés les années précédentes. La même tendance est d’ores et déjà annoncée pour 2017. Le projet stratégique du Cerema prévoit une hausse des ressources propres de l’établissement, issues des prestations réalisées pour le compte des collectivités ou autres partenaires, mais l’établissement a besoin de temps pour s’installer dans ce nouveau rôle.

 

Quelle place auprès des collectivités ?

 

« Nous ne pouvons pas à la fois assumer une hausse forte et rapide de notre budget, et un  changement d’orientation en direction des collectivités locales », résume Gaël Perdriau.

En 2015, 5% du budget de l’établissement était dédié à des actions en direction des collectivités locales, un pourcentage qui aurait dû passer à  terme  à 10%. Mais cette hausse ne sera pas pour 2016.

Le président a constitué un groupe de travail avec des représentants des associations d’élus (ARF, ADCF, ADF, et AMRF), pour déterminer quels pourraient être les besoins des collectivités, et les moyens du Cerema pour y répondre.

Des appels à projets pourraient être lancés auprès d’elles sur certaines thématiques, avec un financement du Cerema. Mais pour le moment, les réflexions sont suspendues aux discussions budgétaires.

Le président a sollicité des rendez-vous auprès de ses ministres de tutelle, Ségolène Royal et Sylvia Pinel, et le conseil d’administration a d’ores et déjà  annoncé qu’il refuserait de voter le budget en cas de reconduction, en 2017, de ces baisses de subventions.

 

Cet article est extrait de lagazette.fr

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    pression

    Il fallait s’en douter, rapport berteaux sur l’immobilier, bâclé… Pression hiérarchiques, manque de personnels, postes non pourvus parce que publiés en interne dans le but de diminuer les effectifs. Nous avions une reconnaissance dans le domaine de la technicité, de la recherche et de l’expertise désormais c’est la deconstruction de l’échelon local… Pauvre France.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X