Innovation produits

Le casse-tête de la ventilation dans l’existant

Impossible de faire l’impasse sur la ventilation lorsque l’on envisage une rénovation énergétique. Les solutions techniques existent mais trouver la plus efficiente impose étude de conception et de faisabilité car le bâti ancien ne se prête pas toujours facilement à la mise en œuvre des systèmes.

Aucune rénovation énergétique sérieuse, c’est-à-dire prévoyant une isolation performante et une étanchéité à l’air du bâti renforcée, ne saurait faire l’impasse sur la ventilation, et ce quel que soit le type de bâtiment. Mais dans l’ancien, la conception et l’installation du système de ventilation s’avèrent plus complexes encore que dans le neuf et cela passe forcément par un état des lieux de l’existant et une étude préalable. En rénovation, les cas de figures rencontrés sont de deux ordres : soit il existe déjà un système de ventilation, soit ce système est inexistant. Dans les deux cas, après des travaux d’isolation avec recherche d’une performance énergétique, tout est à revoir soit en utilisant et en modernisant le système existant, soit en créant un système neuf.

Conception et technique

De nombreuses questions se posent. Tout d’abord, quel type d’habitat car les solutions ne seront pas les mêmes pour un appartement ou pour une maison. Ensuite existe-t-il une ventilation ou pas ? Si oui, est-elle performante ? L’étude va permettre d’appréhender précisément le comportement thermique du projet : quelles déperditions ? Comment chauffer et ventiler ? A quel coût ? Quelles pertes thermiques sont liées à la ventilation ou encore comment se comporte le bâtiment en saison estivale ?… C’est le seul moyen de valider ou non la solution ventilation par rapport à son impact sur les consommations d’énergie. Une ventilation mal dimensionnée avec un débit d’air neuf trop important entraîne des surconsommations d’énergie. Les réponses à ces questions permettront de définir le système de ventilation le plus adapté au projet, d’évaluer les économies réalisées sur la puissance de l’équipement de chauffe et sa distribution et, bien sûr, de valider le taux de renouvellement de l’air dans le bâtiment. Le choix du système est aussi à effectuer en fonction des contraintes techniques – passage de gaines possible ou pas, local technique ou pas – qu’offre le bâtiment à rénover. Pour parvenir au résultat espéré ou, dans le pire des cas, s’en rapprocher, quatre solutions sont envisageables : la ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux, la VMC double flux, la ventilation naturelle assistée (VNA) ou la ventilation mécanique répartie (VMR).

Quatre systèmes pour ventiler l’existant

La ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux

C’est encore aujourd’hui le système de référence. Son principe de fonctionnement est simple : entrée d’air dans les pièces principales, transit de l’air vers les pièces techniques. Lesquelles sont dotées de bouches d’extraction qui véhiculent l’air pas le biais d’un réseau vers les pièces techniques et un extracteur mécanique. Il est possible de rendre le système plus performant en installant des entrées et sorties d’air hygroréglables pour réguler le débit d’air extrait en fonction de l’humidité. Deux options possibles : type A entrées d’air autoréglables et sorties hygroréglables ; type B, entrées et bouches d’extraction sont hygroréglables. Un système pas toujours facile à installer dans les maisons à étages en raison du réseau de gaines. Ce qui demande la création de gaines techniques.

La ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux

Avec la VMC double flux, l’air introduit ainsi que son extraction sont assurés par des dispositifs mécaniques. Avantage principal: l’air entrant est préchauffé par un récupérateur de chaleur sur l’air extrait, d’où des économies sur le poste chauffage. Les bouches d’insufflation sont disposées dans les pièces principales et des bouches d’extraction dans les pièces de service. C’est une solution adaptée aux rénovations lourdes cherchant un niveau de performance BBC. Il est possible de la coupler à un puits canadien. Principale inconvénient : travaux importants pour le passage du double réseau de gaines (création de plénum, de faux-planchers…). Demande également la création d’un local technique. C’est aussi l’option la plus onéreuse.

La ventilation naturelle assistée (VNA)

Le principe de la ventilation naturelle est simple. Il repose sur la circulation de l’air dans le logement sous l’effet du vent et du tirage thermique. Le système est constitué d’une entrée principale et d’une extraction d’air par conduit vertical dans chaque pièce de service. C’est un procédé commun dans les logements collectifs. En rénovation, elle peut être modifiée en installant un procédé de ventilation naturelle assistée (VNA) avec la mise en place, en débouché d’un extracteur stato-mécanique. C’est une solution simple à mettre en place (pas de réseau de gaines) mais qui ne permet pas de maîtriser les débits lesquels, en fonction des conditions climatiques, sont souvent soit trop élevés, soit trop faibles.

La ventilation mécanique répartie (VMR)

C’est de l’avis des professionnels le système mécanique le plus simple à installer en rénovation de bâtiments complexes lorsqu’il n’existe aucune ventilation. Chaque pièce de service est équipée d’un petit extracteur (aérateur). A la différence d’un groupe d’extraction, l’aérateur, installé dans une pièce à chauffer, est équipé d’un ventilateur qui met en dépression la pièce où il est installé et rejette l’air à l’extérieur. Le rejet s’effectue soit par une traversée de paroi, soit par un conduit débouchant en toiture ou en façade. Comme pour la ventilation naturelle, les entrées d’air sont dans les pièces à vivre. Simple à mettre en place, ce procédé permet de s’affranchir des conduits mais la présence d’un groupe d’extraction dans chaque pièce n’est pas très esthétique et peut parfois générer du bruit (ventilateurs).

Vous êtes intéressé par le thème Innovation produits ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X