Industrie/Négoce

Le Cameroun manque de ciment

Le Cameroun fait face depuis plusieurs jours à une pénurie de ciment, due notamment à une production insuffisante, qui provoque une hausse des prix de ce matériau de construction au marché noir, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.
« La pénurie est due aussi bien à une pénurie artificielle organisée par certains quincailliers qu’à un niveau de production insuffisant à la Cimencam (Cimenterie du Cameroun) », a estimé un responsable du ministère camerounais du Commerce.

Selon ce responsable, qui a requis l’anonymat, le déficit actuel de production de cette filiale du groupe français Lafarge situé à Douala, la capitale économique du Cameroun, est de 30.000 tonnes. La Cimencam l’évalue à 10.000 tonnes.
La pénurie est également liée à une hausse de la demande due à plusieurs chantiers en cours.
« Les responsables de la Cimencam ont pris mardi l’engagement de compenser le déficit de production et d’approvisionner en priorité la zone de Yaoundé qui ressent le plus la pénurie », a déclaré mercredi à l’AFP le ministre camerounais du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana.
Il a ajouté que « d’importants stocks de ciment vendus plus cher que le prix officiel » avaient été « saisis » ces derniers jours « à Yaoundé et dans d’autres villes du pays ».
« Les commerçants véreux devront faire face à des sanctions », a-t-il prévenu.
Un entrepreneur du bâtiment a confirmé à l’AFP que le sac de ciment se vendait actuellement à 6.000 francs CFA (9,15 euros) « sous le manteau » au lieu du prix officiel de 4.500 FCFA (6,90 euros).
La Cimencam produit 900.000 tonnes de ciment par an, destinées également au marché d’Afrique centrale.
AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X