Transport et infrastructures

«Le budget eau doit servir à entretenir les réseaux», Raymond Midali

Mots clés : Etat et collectivités locales - Travaux publics

A la veille de la tenue de l’assemblée générale de chambre syndicale des canalisateurs du Sud-Est, Raymond Midali revient sur le manque d’investissement des collectivités et sur les actions mises en place par la chambre syndicale pour lever les freins.

Quelle est la situation des entreprises de canalisation dans le sud-est ?

Raymond Midali : La chambre syndicale des canalisateurs du Sud-Est regroupe 110 entreprises, dont 70 basées en Rhône-Alpes et 40 en Paca. Avec un chiffre d’affaires de 1,76 million d’euros en 2013, le secteur de la canalisation représente 20% de l’activité des travaux publics dans cette grande région. La situation des entreprises et de l’emploi est préoccupante. Entre 2013 et 2014, le chiffre d’affaires a baissé de près de 30% ! Les entreprises font face à une situation complexe et paradoxale. Complexe en raison de la réforme territoriale en cours qui génère beaucoup d’incertitude en termes de compétences et de recettes et, dans le même temps, paradoxale car le budget «eau» est un budget annexe, qui ne souffre pas de la baisse des dotations. Ce budget a pour obligation légale d’être à l’équilibre et doit servir à l’entretien et à la rénovation des réseaux d’eau potable et d’assainissement. Mais ne nous constatons pas de reprise des investissements alors que les réseaux en auraient bien besoin.

 

Quelle est la situation des réseaux ?

R.M. : En France, 1,3 milliard de mètres cubes d’eau traités n’arrivent pas jusqu’au robinet en raison de fuites sur les réseaux… soit 20% de volume perdu mais payé par les consommateurs ! Il est urgent de renouveler les canalisations usées. Depuis la loi Grenelle 2, les collectivités ont l’obligation de faire l’inventaire de leur réseau. Cette obligation est également loin d’être remplie !

 

Quelles actions allez-vous conduire ?

R.M. : Nous allons communiquer en direction des élus et des présidents des syndicats de l’eau. Nous avons réalisé un document sur les «partenaires financiers du système de l’eau» qui recense tous les organismes vers lesquels les collectivités peuvent se tourner pour financer leurs investissements. Nous allons également organiser des réunions avec les services techniques des communes et des maîtres d’œuvre pour les inciter à faire l’inventaire de leur réseau, faute de quoi les communes devront acquitter le double de la redevance au 1er janvier 2016. Nous travaillons à la rédaction d’un document pédagogique – sous forme d’infographies – que les entrepreneurs diffuseront auprès des collectivités pour les inciter à lancer des travaux.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X