Social

Le BTP rhônalpin est dans la rue

Mots clés : Entreprise du BTP

Les fédérations départementales BTP de Rhône-Alpes se sont mobilisées aujourd’hui pour faire prendre conscience aux donneurs d’ordre de l’urgence de leur situation.

A 8h ce matin, près de 2 500 entrepreneurs du BTP grenoblois, salariés architectes, bureaux d’études, fournisseurs… se sont réunis à l’Esplanade et ont convergé vers la préfecture, le conseil général, le siège de la Métropole puis vers la mairie. Avec un message: «Le BTP est en danger, il est urgent d’agir !». Près de 300 camions et véhicules ont suivi le cortège et déposé de la neige devant la préfecture avec un message fort à l’adresse des élus: «Nos emplois fondent comme neige au soleil».

«Les élus, que ce soit le préfet ou le maire sont venus à notre rencontre pour écouter nos revendications», se félicite Pierre Streiff, président de la Fédération BTP Isère. A l’issue de cette mobilisation, Eric Piolle, maire de Grenoble, a exprimé son soutien au secteur par la voie d’un communiqué de presse. «Partout dans les territoires, les habitants ont des besoins forts: transition énergétique, développement des transports collectifs, construction, rénovation et isolation des logements, mise en chantier d’écoles, d’hôpitaux, etc. Répondre à ces besoins c’est investir massivement pour l’avenir, c’est créer de l’emploi dès aujourd’hui (…). Voilà pourquoi nous sommes solidaires avec cette mobilisation des milieux économiques, dont le BTP, qui entre en convergence avec celle de l’ensemble des forces vives, des citoyens et des collectivités locales.»

 

Dans la rue ou non, tous sont mobilisés

 

La fédération de l’Ardèche et de la Drôme a également mobilisé ses adhérents pour descendre dans la rue. Un cortège de 500 entrepreneurs du BTP, précédé d’un corbillard, est allé déposer 650 casques devant la préfecture en symbole des pertes d’emploi enregistré sur les deux départements en 2014.

 

 

Si les sept fédérations départementales participantes à cet appel du 11 mars ont choisi des formes différentes de mobilisation, le même message est passé partout: les travaux font les emplois !

La Fédération du Rhône, qui n’a pas opté pour une manifestation de rue, compte marteler ce message auprès des donneurs d’ordre publics et privés. «La dégradation de l’activité se poursuit, note Gilles Courteix, président de BTP Rhône. Nos carnets de commandes sont passés de 7 à 3 mois, les demandes de chômage partiel augmentent sensiblement et les pertes d’emplois vont s’accélérer. Cela ne peut plus durer !».

Au travers de ces mobilisations, les professionnels du secteur espèrent que les donneurs d’ordre prendront conscience de cette urgence et ne tarderont pas à lancer des travaux d’entretien qui permettront aux entreprises de patienter… avant le lancement de nouveaux projets.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X