Métiers

Le BTP CFA Loire-Atlantique fête ses champions

Mots clés : Apprentissage - Entreprise du BTP - ERP sans hébergement

L’or et le bronze ! Thomas Landreau et Axel Mellerin, deux anciens apprentis du BTP CFA Loire-Atlantique de Saint-Herblain et de Saint-Brévin-les-Pins se sont brillamment distingués aux dernières Olympiades des Métiers qui se ont déroulées cet été à São Paulo, au Brésil.

Jeudi 17 septembre, le CFA du BTP de Saint-Herblain était en fête. Dans une ambiance conviviale au rythme brésilien, l’établissement a invité les jeunes concurrents, leurs familles, les entreprises formatrices, les formateurs du CFA, les administrateurs et les représentants du Conseil régional des Pays de la Loire à fêter l’excellente participation des jeunes apprentis aux dernières Olympiades des Métiers.

Deux anciens apprentis de l’établissement sont en effet revenus de São Paulo avec une médaille. Le bronze pour le charpentier-menuisier Axel Mellerin, 22 ans, ancien apprenti chez Fromentin, Agencement bois et habitat, et étudiant au site Saint-Brévin-les-Pins et l’or pour le carreleur Thomas Landreau, 22 ans, salarié chez Macoretz Scop et formé à Saint-Herblain. Florian Frétault, formé au BTP CFA Sarthe et classé 9e en métallerie était également de la fête.

Le nouveau champion du monde du carrelage, Thomas Landreau vit à Arthon-en-Retz (Loire-Atlantique). Il s’est d’abord orienté vers la maçonnerie. Le déclic du carrelage est arrivé un week-end où il a entrepris la réalisation d’une salle de bains avec son père. Le virus ne l’a plus quitté depuis… Thomas Landreau a obtenu un CAP (2010) puis un BP (2012) de carreleur mosaïste au CFA de Saint-Herblain. D’abord apprenti pendant 4 ans chez Macoretz Xcop, Thomas y est devenu un «carreleur d’exception». Il pratique son savoir-faire en tant que salarié depuis 3 ans.

«C’est la récompense de six ans de travail» déclare le jeune champion du monde. Cette médaille concrétise en effet une belle progression: meilleur apprenti et 3e régional en 2010, 2e régional en 2012, 1er régional et 1er national en 2014. «Ce concours est à la fois une épreuve de gestion du stress, un travail de précision et de rapidité: il faut travailler très vite et très bien. Nous devons nous isoler et rester dans notre bulle malgré le passage du public. En entreprise, le métier de carreleur demande une réelle précision à un millimètre près, mais aux Olympiades des métiers, la précision est encore plus exigeante, au demi millimètre près» explique-t-il.

«Ce sont la concentration et la motivation incroyables de Thomas qui ont fait la différence». Eric Séché, tuteur de Thomas chez Macoretz Scop.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X