Bâtiment

Le Bâtiment K, pare-bruit de l’écoquartier de Fresnes

Mots clés : Aménagement paysager - Réseau routier

Posé entre l’autoroute A6 et l’écoquartier de La Cerisaie à Fresnes (Val-de-Marne), le Bâtiment K possède une façade en forme d’écran. Depuis l’automne 2016, cet ouvrage protège les habitants du vacarme des véhicules.

Les habitués de l’autoroute A6 ne peuvent plus ignorer l’emplacement de Fresnes. A son extrémité sud, le tronçon qui traverse la commune du Val-de-Marne longe une immense structure de métal. Elle évoque un vaisseau spatial prêt à décoller. En réalité, cet assemblage constitue l’une des façades au Bâtiment K, principale construction du nouvel écoquartier de la Cerisaie.

Livrée en octobre 2016, l’opération doit cette forme si particulière aux voisinages bruyants des véhicules. « Ce terrain était auparavant occupé par des entrepôts. Implanter des logements dans cet environnement semblait difficile sans une barrière phonique. Il y avait aussi une volonté symbolique », explique Olivier Ferrière, membre de l’agence Daquin & Ferrière Architecture, concepteur du bâtiment avec 3A IDF pour Valophis Habitat, l’office public de l’habitat du département.

Le Bâtiment K, haut d’environ 26 m et long de 130 m, protège de la sorte les immeubles environnants des nuisances sonores. « Côté quartier, les volumes sont plus fragmentés et organisés en épi sur un socle à deux niveaux », décrit l’architecte. Le site de 7 étages possède une surface de 15 000 m² SHON. Il abrite un Centre d’art de la ville (2 300 m²), des bureaux (2 000 m²), une résidence étudiante de 120 appartements, 136 logements destinés aux jeunes actifs, et 20 logements familiaux.

 

 

Origami en façade

 

Si au premier abord, le versant morcelé apparait plus spectaculaire, la face autoroutière fourmille de détails architecturaux qui insufflent du dynamisme dans cette masse monolithique. Ainsi, la surface de façade est parcourue de longues arêtes. Ces pliages se rejoignent par quatre en plusieurs endroits et forment des pointes. Avec ces multiples cassures, un observateur aura une vision différente de l’ouvrage selon sa position. L’illusion d’un mouvement est amplifiée par l’arrangement irrégulier des vitres et des cassettes métalliques. « Ces dernières sont en aluminium anodisé, précise Olivier Ferrière. Nous cherchions un matériau qui accroche la lumière et se salisse peu. »

 

 

La géométrie complexe de l’écran a exigé la création du matériel sur-mesure. L’entreprise de menuiserie Stim Technibat a adapté le système de façade Géode de Technal, avec l’aide du bureau d’études du constructeur. « Nous avons créé un profilé en aluminium spécifique de 100 mm d’épaisseur. Il garantit une atténuation de 42 dB, précise l’industriel. Les éléments de menuiserie ont été saisis en 3D. Chaque pièce était ensuite acheminée sur le chantier prêt à être installé. » Au total, les compagnons ont installé 783 m² de menuiserie Géode. Le résultat mélange mur-rideau et verrière. « Le calepinage était ardu, remarque Jean-Marie Barthélémy, directeur commercial de Stim Technibat. La pose a nécessité des nacelles à ventouse. Les modules verriers pesaient en moyenne 80 kg. » Technal a également fourni 295 m² de châssis Soleal qui composent les ouvertures du socle, face au quartier.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    C’est un classique: résidence etudiante et logements sociaux pour faire écran au bruit au bénéfice des logements privés plus lucratifs.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X