Entreprises de BTP

« Le bâtiment connecté expose le secteur au risque du rançonnage informatique »

Mots clés : Informatique

L’attaque informatique massive que subissent 150 pays rappelle à quel point l’évolution numérique expose les acteurs en termes de cybersécurité. Christophe Auberger, directeur technique France de Fortinet, fournisseur de solutions de sécurité informatiques, fait le point sur le cas particulier des bâtiments connectés.

En matière de cybersécurité, quels sont les principales menaces pour le bâtiment connecté ?

Le principal danger est l’invalidation des sources, c’est-à-dire que le pirate rend les objets connectés inopérants ou qu’il coupe les accès du gestionnaire aux réglages du système. Ce type d’attaque est volontairement visible car il débouche souvent sur « ransomware » : le hacker réclame une rançon pour rétablir le système. Ce risque est surtout présent dans le tertiaire, où les entreprises sont des cibles de choix, l’impact d’un piratage de la sécurité incendie, par exemple, pouvant être important. Le second danger est le vol de données. A première vue, on peut penser que dérober des datas, même anonymisées, sur les réglages du thermostat d’un particulier, a peu d’intérêt. Sauf si le pirate prévoit un cambriolage. Il est alors bien renseigné sur les horaires de présence au domicile.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X