L'Actu

Le bâtiment anglais le plus polluant serait-il le ministère du Climat ?

L’information était tenue secrète. Et les associations britanniques ont dû invoquer the Freedom of Information Act pour accéder à ces données. Mais quelles données ? Les plans du futur EPR d’EDF Energy ? Le site du premier projet de CCS ? La couleur de l’éolienne qui sera installée au palais deWestminster ? Vous n’y êtes pas. En fait, les associatifs ont dégoté les premiers résultats de l’audit énergétique des bâtiments publics.

Si l’étude ne porte, révèle The Guardian paru mardi, que sur 8 849 des 18 000 bâtiments possédés par la Couronne, ses résultats sont proprement apocalyptiques. Tous ensemble, ces immeubles émettent 11 millions de tonnes de gaz carbonique par an, soit autant que leKenya. Ou l’équivalent des économies de CO2 générés par les… parcs éoliens britanniques.
Chacun des 8 849 immeubles effectivement visité par des auditeurs s’est vu gratifier d’une note allant de A (très bonne performance) à G (passoire énergétique). Or, seuls 55 d’entre eux décrochent la note maximale, contre 1 514 qui n’ont plus à ouvrir les fenêtres pour laisser fuir toutes les calories. Parmi ceux-ci figurent le Parlement (Westminster), le siège de la Banque d’Angleterre, mais aussi le ministère de l’Energie et du Climat (situé à Whitehall Place) qui, à lui seul, rejette 1 336 tonnes de dioxyde de carbone par an. Autant que 875 voyages en avion Londres-New York.

70% des bureaux publics consomment plus d’énergie que ceux du privé
Plus grave, rappelle l’étude, 70% des bureaux publics consomment plus d’énergie que ceux du privé. En cause : la conception des bâtiments, bien sûr, mais aussi le manque total de programme de gestion de l’énergie dans les bâtiments publics, souligne le rapport.
Sitôt les résultats connus, les commentaires ne se sont
pas faits attendre. Dans un communiqué, la Commission pour l’architecture et la construction environnementale (CABE, organe consultatif du gouvernement, ndlr) regrette qu’aucun des ministères ne construise de bâtiments durables. Pugnace, le ministre fantôme de l’Energie Libéral-Démocrate a fustigé l’administration Brown. « Si les
entreprises et les particuliers voient que le secteur public ne prend pas les questions d’efficacité énergétique au sérieux pourquoi devraient-ils le faire eux ? », s’interroge Steve Webb. Bonne question à laquelle Ed Milliband, le bouillant ministre de l’Energie et du Climat va devoir rapidement répondre.

Enerpresse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X