Aménagement

Lancement du plus gros programme tertiaire aux Bassins à flots à Bordeaux

Le plan d’aménagement d’ensemble du quartier des bassins à flots, au nord de Bordeaux, confié à Nicolas Michelin entre dans une nouvelle étape.

Le grand port maritime de Bordeaux vient de lancer un appel à projets (date limite 16 janvier 2012) pour un vaste programme immobilier tertiaire et d’activités liées au nautisme. C’est une première, puisque depuis la réforme des ports de 2008, le port de Bordeaux, désormais propriétaire de terrains, devient un acteur de premier rang en matière d’aménagement. Il fait en effet partie prenante de l’atelier des bassins, où communauté urbaine et Ville travaillent avec Nicolas Michelin à l’élaboration, via un plan d’aménagement d’ensemble (PAE), de ce futur quartier de 160 ha au nord de la ville.

Le secteur est extrêmement sensible : il borde les bassins et l’axe Lucien Faure, qui desservira l’an prochain le pont Bacalan Bastide en construction. Un axe dont l’aménagement vient d’être confié aux architectes lyonnais Hors Champs, dont on attend l’étude préliminaire en février prochain.

L’appel à projets porte sur 8 lots pour une surface totale de 65 000 m2 le long des bassins à flots. Une opération unique, qui sera l’un des points forts d’attractivité et d’image de ce quartier. Les deux bassins à flots perpendiculaires à la Garonne abritent, côté Chartrons, des hangars d’activités, – dont le hangar G2, rénové par les architectes Brochet Lajus Pueyo et qui abrite, entre autres, leur agence et l’agence d’urbanisme A’Urba. Sur l’autre bord, des formes de radoub et des hangars désaffectés offrent un paysage plus industriel que Nicolas Michelin veut préserver. D’où l’importance majeure de ce projet du port sur l’axe d’accès nord de l’agglomération. Sont prévus sur le premier bassin (qui ouvre sur la Garonne) 2500 m2 d’activités, 16000 m2 de tertiaire et 3800 m2 de commerces. Sur le 2è bassin, 10 000 m2 d’activités, et 34000 m2 de tertiaire.

«On trouvera des activités liées au nautisme, des commerces en rez-de-chaussée, sur une double hauteur (6 m), et du tertiaire à l’étage, notamment des activités liées au numérique (vidéos, jeux) qui connaissent un fort développement actuellement à Bordeaux », explique Karim Messai, urbaniste chargé du projet au grand port de Bordeaux. « Le programme ne devrait pas avoir de mal à démarrer : outre le relogement des activités existantes (15000 m2 environ), une condition pour les promoteurs, nous avons beaucoup de sollicitations d’implantation sur le site », poursuit Karim Messai. Les parkings intégrés aux programmes pourront être mutualisés.

Autres signaux forts du renouveau des bassins à flots : le propriétaire de l’hôtel Seeko Alain Dhersin va implanter, sur 28 000 m2, un hôtel de luxe avec balnéothérapie, au milieu du programme du port. Il a confié sa réalisation aux architectes bordelais King Kong, qui avaient réalisé le 1er hôtel Seeko en corian sur les quais. Deux implantations très attendues : Cdiscount qui veut construire son nouveau siège sur les quais, à l’entrée des bassins à flots (700 à 1 000 salariés à la clé d’ici au 1er trimestre 2013) et, en vis-à-vis, le Centre culturel et touristique du vin (X-TU Architectes et Casson-Mann), attendu pour le 2è semestre 2014. Ou encore un important négociant qui pourrait réinstaller son siège, de l’autre côté des bassins, dans un ancien bunker à fioul.

 Les promoteurs proposeront un montage financier avec un coût de construction en BBC de 1 500 euros HT/m2, mais le port n’exclut pas de construire l’un des programmes en maîtrise d’ouvrage directe ni de participer au tour de table de telle ou telle opération. Notamment à l’entrée de la rue Lucien Faure, où le port pourrait réaliser un bâtiment « signal » fort qui matérialise l’entrée nord sur la ville et ses bassins.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X