Chantiers

Lancement des travaux de l’extension de l’ESITC Caen

Mots clés : Conception

Le chantier d’extension de l’Ecole supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen  a été lancé vendredi 10 juillet. Avec ce projet, l’école d’ingénieurs va voir sa surface doubler et le nombre d’élèves passera de 400 actuellement à 750 à horizon 2020.

C’est en juin 2013, dans le cadre de son schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche que la région Basse Normandie s’est engagée, aux côtés du département du Calvados, de l’agglomération de Caen la mer et des fédérations du BTP dans la construction d’une extension de l’ESITC Caen. Cette école d’ingénieurs du BTP, construite en 1993 à Epron, accueille actuellement 400 élèves ingénieurs dont une quarantaine d’apprentis.

Outre de nouvelles salles de classe, un nouvel amphithéâtre, des espaces élèves, cette extension de 4 000 m² comporte plus particulièrement un volet recherche renforcé qui se déploiera sur environ 1 200 m² à partir de mai 2016. Doté entre autres d’une halle aux matériaux pour des « essais grand format » et d’enceintes climatiques, le laboratoire pourra développer la thématique « énergie et environnement » pour les matériaux de construction, une des spécificités de l’école. Les locaux d’enseignement seront eux ouverts pour la rentrée prochaine.

La maîtrise d’œuvre de ce chantier a été confiée au cabinet DHA Paris, associé au cabinet Lionnel Carli sis à Granville et aux bureaux d’études Babin et Roptin. Côté entreprise, sur 21 lots, 16 ont été attribués à des entreprises bas-normandes (Eurovia Basse-Normandie, Abscis Bertin constrruction, Micard, Deschamps SA, Marietoit, Morin, CIP, La Fraternelle, Korkmaz Carrelage, Pierre SA, Kone, SAS SCF, Possemé, Lafosse Electricité, Le Coguic, Leroux Brochard, Signature F, CTI Bat, Desbont).

Ce nouveau bâtiment dont le coût global s’élève à 9,6 millions d’euros est financé par les collectivités, la région Basse-Normandie (50 %), le département du Calvados (25 %), Caen-la-Mer (15 %), la fédération nationale des travaux publics et la fondation Ambitions travaux publics (10 %).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X