Santé

Lancement d’une campagne de sensibilisation pour l’accessibilité universelle

Mots clés : Accessibilité - Gouvernement

Le Premier ministre, Manuel Valls a lancé vendredi 4 septembre la campagne du Gouvernement sur l’accessibilité universelle : « Plus belle la vie : Ensemble ».

Alors qu’il ne reste que quelques jours – jusqu’au 27 septembre – aux établissements recevant du public pour déposer en préfecture leurs agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP, le gouvernement a lancé vendredi 4 septembre la grande campagne de sensibilisation nationale promise en… décembre 2014 par le président de la République. Une campagne destinée à réaffirmer « la priorité donnée à l’accessibilité universelle », selon le Premier ministre.

« Notre objectif, c’est que dans trois ans, 80% des petits établissements recevant du public, comme par exemple les commerces de proximité, soient accessibles aux personnes atteintes d’un handicap », a déclaré Manuel Valls, en présence notamment de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, Ségolène Neuville, la secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et, plus surprenant, de Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions.

Car, idée originale, le gouvernement a décidé de s’associer pour cette campagne au programme télévisé « Plus belle la vie », en diffusant une série illustrant la diversité des aspects de l’accessibilité universelle. « Plus Belle la Vie ensemble », tournée avec le soutien du Service d’information du gouvernement dans les décors et avec des acteurs de la populaire série marseillaise, mais aussi avec des acteurs handicapés sera proposée sur toutes les chaînes de France Télévisions, du lundi 7 septembre au dimanche 18 octobre, autour de 20h35.

Vingt saynètes, chacune sur un thème particulier, sont prévues. Il s’agit de « créer un état d’esprit (…) pour que tous les Français se sentent coresponsables en quelque sorte d’une simplification de la vie des personnes en situation de handicap », a expliqué Marisol Touraine. « Tout le monde a (…) à gagner à l’accessibilité, pas simplement les personnes en situation de handicap », a-t-elle ajouté. Ségolène Neuville a souhaité, elle, que dans trois ans, « il y ait 800.000 établissements qui soient mis en accessibilité ».

 

Les associations déçues

 

Une campagne qui paraît bien tardive et qui ne satisfait pas les associations représentant les personnes en situation de handicap.

Nicolas Mérille, porte-parole de l’Association des paralysés de France a dénoncé sur Sud-Radio « un gadget qui n’est pas du tout à la hauteur des enjeux. Et le Collectif pour une France accessible a rappelé dans un communiqué son opposition à la loi du 5 août 2015 « dans la mesure où elle conduira inévitablement à un gel de l’inaccessibilité actuelle du cadre bâti, de la voirie et des transports ».

Opposé à la « dizaine de mesures gouvernementales régressives », le Collectif s’attaque une nouvelle fois « au système des dérogations implicites » que déclencherait l’application du « silence vaut accord » dans les procédures d’Ad’AP. « Sachant que chaque Préfecture devra donner un avis sur plusieurs dizaines de milliers de dossiers tandis que les services ad hoc ne peuvent au mieux étudier que 3000 dossiers par mois, nonobstant les déclarations médiatique du Gouvemement, cette mesure perverse entraînera tout à fait légalement une exonération générale des obligations de mise accessibilité des ERP et des transports », explique le Collectif.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X