Aménagement

Lancement d’un AMI en Essonne pour aménager 48 hectares autour du futur stade de rugby

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Centre commercial - Établissements sportifs couverts - Etat et collectivités locales - Magasin - Matériel - Equipement de chantier - Sport - Tourisme

Créer une nouvelle destination à l’échelle métropolitaine à proximité du futur stade de rugby qui devrait être construit sur l’ancien hippodrome de Ris-Orangis (Essonne) : telle est l’ambition des collectivités locales concernées qui lancent à cet effet un appel à manifestation d’intérêt auprès des investisseurs et des opérateurs de loisirs, du divertissement, du commerce, de l’hôtellerie, du logement, etc.

«Bien plus qu’un stade: créer la destination du sud du Grand Paris». Tel est le nom de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) lancé le 4 octobre par la communauté d’agglomération Grand Paris sud, la Ville de Ris-Orangis et le conseil départemental de l’Essonne. Il porte sur 48 ha autour du futur stade de rugby, maîtrisés par l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France. Objectif: «Réfléchir à la manière dont on peut développer la ville autour de l’enceinte sportive, explique Stéphane Raffalli, maire de Ris-Orangis. Nous attendons des investisseurs et des opérateurs qu’ils s’inscrivent dans une logique d’innovation urbaine maximale».

Le projet d’aménagement s’articulera autour de plusieurs thématiques: loisirs, commerces, hôtellerie et logement, sports, événementiel, santé et bien-être. «Il devra aussi prendre en compte la forêt voisine de Saint-Eutrope (250 ha) et s’inscrire en complémentarité avec l’offre commerciale, de loisirs… existante», insiste Stéphane Raffalli.

 

Deux types de groupements

 

Cet AMI présente la particularité de comprendre deux volets. Le premier s’adresse aux groupements d’investisseurs-opérateurs capables d’investir sur 48 ha et de proposer une diversité thématique et programmatique. Le second volet cible les opérateurs mono-activités ou spécialisés dans un secteur tel que les loisirs, par exemple, avec une dimension créative, innovante et high-tech. Il reviendra à la maîtrise d’ouvrage (Grand Paris sud, Ville de Ris-Orangis, conseil départemental de l’Essonne, Etat) de «marier» les groupements.

Le calendrier est le suivant: dépôt des dossiers de candidatures avant le 31 janvier 2017; sélection de trois groupements investisseurs-opérateurs et d’un nombre non limité d’opérateurs spécialisés en février 2017; travail de co-construction entre mars et juin 2017 avec audition des opérateurs et constitution des trois groupements finaux; et, enfin, désignation du groupement lauréat en juillet 2017. Ce dernier signera une convention de partenariat en septembre 2017 avec la maîtrise d’ouvrage. D’une durée de 18 mois, elle engagera les parties dans un processus de co-production du projet. «Notre ambition est d’inscrire la réalisation de cette zone économique dans le même calendrier que la construction du stade de rugby», précise Francis Chouat, président de Grand Paris sud.

 

Le permis de construire du stade de rugby déposé avant la fin de l’année

 

Le projet de l’enceinte sportive a franchi une étape importante en juin dernier avec la signature du contrat constructeur entre la Fédération française de rugby et le groupement Ibelys (Icade-Besix-Engie) pour un montant de 581 millions d’euros HT et alors que le permis de construire devrait être déposé avant la fin de l’année pour une délivrance à l’été 2017.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X