Matériaux et équipements

Lampes LED de substitution : des risques techniques et électriques potentiels en éclairage public

Mots clés : Eclairage urbain - Electricité - Equipements électriques - Etat et collectivités locales

De plus en plus de lampes LED de substitution (seules les lampes sont remplacées et mises en place dans le luminaire déjà existant) sont proposées aux collectivités. L’Association française de l’éclairage attire l’attention des collectivités et responsables techniques sur les risques techniques et électriques potentiels associés à ce type de lampes de substitution.

Entre 2012 et 2017, près de 80 % des lampes d’éclairage public en Europe auraient dû être ou seront remplacées du fait de la réglementation européenne1. En France, 40 % des luminaires en service ont plus de 25 ans et présentent donc une urgence en matière de rénovation (dont environ 10 % de lampes à vapeur de mercure, majoritairement concentrées dans les communes rurales), dans le cadre de la loi de transition énergétique et de la lutte contre les nuisances lumineuses. Entre 30 et 35 % des luminaires sont équipés de lampes à décharge (SHP – iodures métallique) de moins de 15 ans d’installation.

 

Un investissement pas forcément rentable 


Si ces lampes LED de substitution sont moins chères à l’acte d’achat (à partir de 250 euros en moyenne pour ces lampes contre une fourchette allant de 600 à 1 200 € 2 pour un luminaire LED fonctionnel), la dépense d’investissement, même moins élevée, pourrait ne pas être amortie du fait des garanties de performances et de fiabilité insatisfaisantes pour la sécurité des usagers. La sécurité électrique, les pannes et interventions de maintenance qui en découlent, sont également mises en question.

D’autre part, la garantie du matériel pourrait ne plus être assurée par le fabricant du luminaire. Les pannes éventuelles suite à la substitution ne tombent donc plus dans le cadre de cette garantie et représenteront un coût supplémentaire pour les collectivités (pour voir le référentiel cliquez ici).

 

La sécurité en question 


La rénovation par des sources LED de substitution peut entrainer, si les conditions ne sont pas réunies, des risques techniques et électriques mais aussi être source d’inconfort pour les usagers et de nuisances lumineuses. Ces risques sont principalement dus à l’incompatibilité entre le système optique de l’ancien luminaire (vasque et réflecteur) et une source électronique et puissante comme la LED. L’éclairage fonctionnel permettant d’assurer la sécurité des déplacements, il est important que les collectivités s’assurent de plusieurs critères de performances et de fiabilité avant d’envisager cette solution. Des documents, en plus des points de questionnements essentiels, sont à exiger. 

Pour plus d’informations sur les solutions pour réaliser des économies d’énergie ainsi que les solutions pour la réduction des nuisances lumineuses :
Éclairage public : comparatif des solutions pour réaliser des économies   Éclairage public : retours d’expérience des communes rurales et métropoles sur les LED   Solutions pour la réduction des nuisances lumineuses et la protection de la biodiversité

 

 

1 Projet européen Streetlight – EPC : La France compte 9,5 millions de points lumineux en éclairage extérieur pour une consommation de 5,6 TWh (7 TWH en éclairage intérieur toute collectivité confondue, à titre de comparaison)

2 Fourchette indicative qui varie en fonction du nombre de LED, du modèle et des spécificités techniques de la lanterne.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X