Industrie/Négoce

Lafarge France signe le Livre Blanc des Etats Généraux de l’économie circulaire du Grand Paris

Mots clés : Démarche environnementale - Industriels du BTP - Situation économique

Mercredi 16 septembre 2015, Nicolas Meyre, Directeur Ecologie Industrielle chez Lafarge France, appose sa signature sur le Livre Blanc des Etats Généraux de l’économie circulaire (EGEC) du Grand Paris.

Lancés en mars 2015 à l’initiative d’Anne Hidalgo, maire de Paris, les Etats Généraux de l’Economie Circulaire rassemblent une quinzaine de collectivités métropolitaines, des entreprises, des associations, des universités, des élus et des citoyens. Pendant près de six mois, ils ont étudié l’évolution des modes de production, de consommation, de distribution des biens et services, l’implication des différents acteurs, les synergies avec d’autres villes dans le monde… afin d’imaginer les solutions de demain.

Du 14 au 16 septembre 2015, l’Hôtel de Ville de Paris a reçu la plénière des EGEC du Grand Paris avec des conférences et tables-rondes animées par les acteurs internationaux de l’économie circulaire. Pour clôturer l’événement, l’ensemble des propositions concrètes imaginées par les parties prenantes au Grand Paris depuis mars et prochainement mises en œuvre sur le territoire du Grand Paris, ont été rassemblées dans un Livre Blanc. Ce document a été signé par les différents participants aux réflexions, à l’instar de Lafarge France représenté par Nicolas Meyre. Il s’est exprimé sur les pistes proposées sur l’ « Ecologie industrielle et territoriale » à l’occasion d’une table ronde. Lafarge France a également participé au groupe de travail « Aménagement, de l’écoconception au chantier vert ».

Engagé dans des démarches d’économies circulaires territoriales et de développement durable, Lafarge France propose des matériaux et des solutions innovantes pour construire durablement et contribuer à améliorer les villes. Pour répondre à ces ambitions, Lafarge France s’est notamment fixé comme objectifs de :

– réduire les GES de 33 % d’ici à 2020,

– utiliser 75 % de combustibles non fossiles dans ses cimenteries dont 30 % de biomasse,

– fabriquer 20 % de ses bétons contenant des matériaux réutilisés ou recyclés.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X