Ingénierie

La ville durable à la française cherche encore sa voix

Dans le cadre de World Efficiency, rendez-vous biennal des acteurs économiques et politiques à la recherche de solutions pour les ressources et le climat (Paris Porte de versailles 13-15 octobre), les deux principales entités porteuses de la ville durable française – Vivapolis, tournée vers l’export, et Advancity, le pôle de compétitivité francilien – ont chacune de leur côté, présenté les dernières avancées sur le sujet.

Il y a près d’un an, le 30 octobre 2014, le conseiller d’Etat Roland Peylet remettait son rapport, « la ville durable, une politique publique à construire ». Le constat du haut-fonctionnaire : les différentes initiatives sur la ville durable, malgré un accroissement des moyens dédiés à ce sujet, souffraient dans les sphères publiques et privées de l’absence de pilotage et d’un manque de coordination. Sa recommandation : la création d’un outil partagé « permettant de développer une approche plus intégrée des enjeux urbains, par la mise en commun des expertises de chacun ». Alors qu’il devait voir le jour au printemps 2015, cet outil, l’Institut de la Ville durable, se fait encore attendre.

Ne voyant rien venir à l’approche de la COP 21, les acteurs de la ville durable à la française ont donc profité de la tenue du salon World Efficiency, rendez-vous biennal des acteurs économiques et politiques à la recherche de solutions pour les ressources et le climat (Paris Porte de versailles 13-15 octobre) pour présenter, en ordre dispersé, leurs actions.

...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X