Profession

La Ville de Paris lance un appel à idées «Pavillons»

La Ville de Paris lance un appel à idées pour imaginer le devenir de 24 pavillons dont elle est propriétaire. Les professionnels de tous les horizons ont jusqu’au 10 décembre pour formuler des propositions «originales et ambitieuses».

Après l’appel à projets urbains «Réinventer Paris», l’appel à idées «Pavillons». Le 24 septembre, Julien Bargeton, adjoint d’Anne Hidalgo, en charge des finances, des concessions et des marchés publics, a réuni à l’Hôtel de Ville des professionnels de tous les horizons pour les inviter à imaginer le devenir de 24 pavillons et lieux d’exception, propriétés de la Ville de Paris.

Ces bâtiments sont notamment situés dans les bois de Boulogne et de Vincennes, dans les parcs et jardins, ou sur les Champs-Elysées. Certains d’entre eux sont concédés à des opérateurs qui les exploitent dans le cadre de conventions ou de concessions et plusieurs de ces contrats arrivent à échéance dans les deux ou trois ans à venir. Les usages qui en sont faits sont variés avec une prédominance des activités événementielles ou de restauration. D’autres pavillons, en revanche, sont fermés ou peu accessibles au public. «Ils ont souvent une forte valeur patrimoniale et un potentiel important d’attractivité pour la capitale. C’est pourquoi, avec Anne Hidalgo, nous souhaitons pouvoir les rouvrir aux Parisiens et aux visiteurs», explique Julien Bargeton.

 

«Du café à la ferme urbaine»

 

Les professionnels ont jusqu’au 10 décembre pour proposer des «pistes d’utilisation originales et ambitieuses». La municipalité insiste sur le fait que les participants ne doivent pas remettre un projet d’exploitation mais uniquement détailler les grands principes d’une destination «novatrice et cohérente» sur les sites envisagés. Elle met à leur disposition des fiches pratiques de chacun des pavillons (consultables sur le site Internet de la Ville de Paris) et organisera des visites. «Tout est imaginable, ajoute l’élu, du café à la ferme urbaine, en passant par des activités d’économie sociale et solidaire ou portées par des start-up. On peut même imaginer que les activités sur un site varient en fonction des saisons». Seule condition: l’ouverture de ces lieux au plus grand nombre.

Les contributions reçues seront analysées par la Ville, qui vérifiera notamment la faisabilité technique des projets. En janvier 2016, l’adjoint d’Anne Hidalgo révélera les nouveaux usages retenus et le calendrier de mise en œuvre. La Ville lancera ensuite des procédures d’appel public à concurrence ayant vocation à aboutir à l’attribution de contrats permettant l’utilisation de ces sites. Les premières ouvertures se feront à l’horizon 2017.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X