Aménagement

La Ville de Paris lance le réaménagement de sept places emblématiques

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Le Conseil de Paris a approuvé, le 29 mars, le réaménagement de sept grandes places de la capitale. Objectif: réduire la place de la voiture pour augmenter, en moyenne de 50%, la surface dédiée aux piétons et aux cyclistes. Budget envisagé : entre 35 et 40 millions d’euros.

«Donner plus de place à celles et ceux qui ont envie de vivre dans une ville plus pacifiée, avec moins de voitures et moins de stress». C’est par ces mots qu’Anne Hidalgo avait lancé, en juin 2015, la concertation sur le réaménagement de sept grandes places parisiennes: Bastille (IVe, XIe, XIIe arrondissements), place des Fêtes (XIXe), Gambetta (XXe), Italie (XIIIe), Madeleine (VIIIe), Nation (XIIe) et Panthéon (Ve).

Une nouvelle étape a été franchie, le 29 mars, avec le feu vert donné par le Conseil de Paris à ces travaux de reconfiguration de l’espace public qui répondent à trois priorités: renforcer l’accessibilité, améliorer les transports, faciliter les déplacements ; construire des places conviviales avec une multiplicité d’usages ; enfin, embellir l’espace public et développer la végétalisation.

 

Acte III de la vie des places parisiennes

 

«Nous lançons l’acte III de la vie des grandes places parisiennes. Après leur création, puis leur occupation par le tout automobile, ce sont les Parisiens et les visiteurs qui vont les réinvestir. En moyenne, ces réaménagements prévoient 50% d’espaces supplémentaires pour les piétons et les cyclistes», indique Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris, en charge des transports, de la voirie, des déplacements et de l’espace public. L’espace de circulation automobile sera ainsi limité à 12 m de large et le stationnement des voitures sur les places même sera réduit.

 

Un collectif par place

 

Les travaux se dérouleront en deux temps, le premier consacré à la circulation, le second à l’aménagement. Ce dernier sera confié à sept collectifs (un par place) associant habitants, architectes, urbanistes, paysagistes, médiateurs culturels. Un appel à candidatures sera lancé dans les prochaines semaines afin de les désigner.

Sur les places les plus circulées, les services municipaux mèneront, en parallèle, les études techniques nécessaires pour confirmer et préciser les choix de réorganisation de l’espace. Le cas échéant, comme sur la place de la Bastille, dont «la complexité et le caractère patrimonial nécessitent, selon la mairie, un soin particulier», des équipes de maîtrise d’œuvre architecturale, paysagère et technique seront missionnées pour mener à bien les études de réaménagement.

 

Coup d’envoi donné par la place des Fêtes

 

La place des Fêtes donnera le coup d’envoi de ces travaux de réaménagement. Ils débuteront dès l’automne 2016. L’année 2017 sera dédiée aux études et le cas échéant aux autorisations administratives et consultations des entreprises. Les travaux s’échelonneront de 2017 (pour les places nécessitant le moins de procédures) à 2019. L’exécutif a doté l’opération d’un budget variant de 35 à 40 millions d’euros. Un budget jugé insuffisant par la droite parisienne mais aussi par les élus communistes et écologistes. Le réaménagement de la seule place de la République a en effet coûté 24 millions d’euros.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X