Réalisations

La villa Cavrois restituée dans son état d’origine

Mots clés : Architecte

La célèbre demeure réalisée dans les années 1930 par l’architecte Robert Mallet-Stevens à Croix (Nord) retrouve petit à petit ses décors disparus, avant son ouverture au public en juin prochain.

Détruite à petit feu pendant treize ans à la suite d’un abandon (1988-2001), la villa Cavrois renaît aujourd’hui de ses cendres après trois ans de travaux de rénovation intérieure (2012-2015). Cette résidence privée de 1840 m², conçue et réalisée entre 1929 et 1932 par l’architecte Robert Mallet-Stevens (1886-1945) pour une riche famille industrielle du Nord, à Croix, ouvrira au public à partir du 13 juin prochain. « Nous estimons le nombre de visiteurs à 70 000 la première année pour découvrir ce monument du style Art Déco », indique Philippe Belaval, président du Centre des monuments nationaux. Le CMN, qui a assuré la restauration du parc et des intérieurs de la villa, est chargé de mettre en valeur ce patrimoine moderne du XXe siècle, classé monument historique en 1990 et acquis par l’Etat en 2001 (*). Une première campagne de travaux avait été effectuée par la Direction des affaires culturelles du Nord-Pas-de-Calais, notamment le clos et le couvert en 2003.

 

Œuvre d’art totale

 

D’ordinaire, le Centre des monuments nationaux préserve le patrimoine existant. Or là, il avait en grande partie disparu : le mobilier avait été vendu et les décors vandalisés. « Il nous paraissait évident qu’il fallait restituer l’image exacte de la villa avec ses meubles qui faisaient partie intégrante des murs afin de comprendre à quel point il s’agissait ici d’une œuvre d’art totale », explique Danièle Déal, directrice de la conservation des monuments et des collections au CMN. Le chantier intérieur, d’un montant de 14 millions d’euros, a mobilisé 230 ouvriers issus de 18 corps de métiers différents, dont la maçonnerie, la plâtrerie, la marbrerie, le parquet, les luminaires, l’horlogerie, la menuiserie, la peinture décorative, la menuiserie métallique, le chauffage central, l’électricité, l’ascenseur, la plomberie et les sanitaires.

 

Témoignage du ravage

 

« Nous avons remis en état ce qui pouvait l’être et reconstitué ce qui manquait, à l’aide d’une iconographie abondante, des descriptions détaillées de Mallet-Stevens et des sondages de peinture sur place », précise Danièle Déal. C’est ainsi, par exemple, que la salle à manger a retrouvé ses revêtements muraux en marbre vert veiné de Suède, ses meubles suspendus en poirier noir vernis ou encore ses caches radiateurs en acier chromé. « Toutefois, nous avons laissé une pièce dans l’état ravagé dans lequel nous l’avons trouvée pour témoigner auprès des générations futures du travail archéologique effectué », a souligné la directrice de la conservation des monuments et des collections au CMN. C’est aussi une manière franche de dénoncer les ravages que peut entraîner parfois un manque de considération du patrimoine.

 

Découvrez le chantier de restauration de la Villa Cavrois dans cette vidéo réalisée par le Centre des monuments nationaux…

 

 

(*) A noter que l’Association de sauvegarde de la villa Cavrois, créée en 1990 pour faire pression sur les autorités culturelles et politiques afin qu’elles assument la protection de la demeure, deviendra l’Association des amis de la villa Cavrois en juin 2015.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X