Réalisations

La (très) lente renaissance du World Trade Center

Dimanche 11 septembre, les États-Unis ont commémoré le quatrième anniversaire des attentats de 2001. Quatre ans après, le site des tours jumelles n’est qu’un vaste trou béant qui semble adresser un reproche permanent aux planificateurs et aux hommes politiques et l’ambitieuse « Freedom Tower », qui devait dominer la ville du haut de ses 533 mètres, est restée au stade virtuel.

Dès sa conception, dans l’émotion créée par l’immense traumatisme subi par les Etats-Unis, l’effort de reconstruction, marqué par de nombreux faux départs, s’est enlisé dans les intérêts contradictoires et une rhétorique politique souvent creuse. Le Wall Street Journal résumait la situation dans un récent éditorial, en évoquant « la mort d’un rêve ».
Ainsi, le 4 juillet de l’an dernier, lors d’une cérémonie solennelle riche de symboles patriotiques à l’occasion de la fête nationale américaine, le gouverneur de New York, George Pataki, posait la première pierre de la « Tour de la Liberté », qui devait être le gratte-ciel phare du nouveau site.
« Que cette Tour de la Liberté montre à tous que le symbole de ce que nos ennemis ont voulu abattre – notre démocratie, notre liberté, notre mode de vie – s’élève encore plus haut qu’avant », s’était-il exclamé.
Mais, depuis cette date, les travaux n’ont toujours pas commencé à l’exception de l’installation d’une dalle commémorative en granite de 20 tonnes. Mais manque de chance, la police a jugé que le bâtiment ne pourrait pas résister à une éventuelle attaque terroriste et a réclamé une révision des plans. Du coup, la dalle va devoir être déplacée…

Ce n’était là qu’un épisode de plus car la tour originelle dessinée par Daniel Libeskind a été maintes fois revisitée, notamment par David Child, l’architecte du promoteur Larry Silverstein. Alors qu’on pensait qu’elle pourrait être terminée en 2006, les autorités parlent désormais d’une livraison avant 2010 ou 2011.
Une chose est sûre, la nouvelle cérémonie de pose de la première pierre de la « Freedom Tower » aura lieu dans six mois, ont annoncé le gouverneur de l’Etat de New York George Pataki et le maire de la ville Michael Bloomberg. A suivre !
J-P D.

Focus

Reconstruction du site de Ground Zero : les faits marquants



– 30 novembre 2001: le gouverneur de l’Etat de New York, George Pataki et le maire Rudolph Giuliani mettent en place une société chargée de superviser la reconstruction du site de Ground Zero, Lower Manhattan Development Corp (LMDC)
– 9 avril 2002 : publication du projet préliminaire de reconstruction
– 28 mai 2002: fin officielle des opérations de dégagement du site
– 16 juillet 2002: LMDC et l’Autorité portuaire de New York dévoilent six propositions pour la reconstruction du site
– 26 septembre: LMDC sélectionne six équipes d’architectes pour une nouvelle étude de design lancée quelques semaines auparavant
– 18 décembre: les projets de neuf finalistes sont dévoilés
– 26 février 2003: choix du projet de l’architecte Daniel Libeskind, prévoyant notamment la construction d’une tour en flèche de 1.776 pieds (541,32m, la plus haute du monde), chiffre symbolique correspondant à l’année de l’indépendance des Etats-Unis.
– 8 avril 2003 : début de la compétition pour la conception du mémorial des attentats
– 7 août 2003 : l’architecte espagnol Santiago Calavatra est choisi pour la conception du nouveau centre de transports.
– 30 octobre 2003: George Pataki donne à Daniel Libeskind et David Childs jusqu’au 15 décembre 2003 pour parvenir à un compromis sur le projet Freedom Tower.
– 19 novembre 2003 : huit finalistes sont sélectionnés pour l’appel d’offres pour la construction du mémorial
– 15 décembre 2003 : les architectes parviennent à un compromis sur la conception de la Tour de la Liberté, présentée quatre jours plus tard
– 6 janvier 2004 : annonce du choix du projet de Michael Arad, « Reflet de l’Absence » pour le mémorial. Un projet modifié, avec ajout d’arbres et de végétation, est présenté huit jours plus tard
– 10 juin 2004 : la LMDC annonce que le Joyce International Dance Center, le Signature Theatre, le Drawing Center et le nouveau musée du Centre international de la Liberté ont été retenus pour le futur espace artistique et culturel sur le site.
– 4 juillet 2004 : début des travaux de la « Freedom Tower »
– 5 mai 2005 : George Pataki annonce une révision des plans de la « Freedom Tower », pour répondre aux objections soulevées par la police concernant la sécurité du bâtiment
– 29 juin 2005 : présentation des nouveaux plans
– 6 septembre 2005: cérémonie pour la construction du centre de transports qui va remplacer la gare temporaire installée en 2003. Les travaux doivent débuter le 12 septembre.
AP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X