Performance énergétique

La SPL d’efficacité énergétique Oser a lancé ses premiers chantiers

Mots clés : Efficacité énergétique - Etat et collectivités locales - Réglementation thermique et énergétique

Créée par des collectivités locales pour encourager et accompagner la rénovation énergétique des bâtiments publics, la SPL Oser est entrée en phase opérationnelle avec huit bâtiments actuellement en travaux en Rhône-Alpes.

Si les dernières élections municipales ont retardé quelques projets voire supprimé certains, la SPL d’efficacité énergétique Oser est aujourd’hui entrée dans une phase opérationnelle avec la conduite de huit chantiers de rénovation thermique et doit déposer prochainement deux permis de construire: l’un pour la rénovation de l’Hôtel de Ville de Cran-Gevrier (74) et l’autre pour la médiathèque de Montmélian (73).

C’est dans le cadre d’un bail emphytéotique administratif passé entre la collectivité et la SPL que sont aujourd’hui conduites ces opérations. «Nous passons des marchés avec des objectifs de performances énergétiques chiffrés allant de -40% d’énergie primaire consommé après travaux, -40% de réduction des émissions de gaz à effet de serre et +20% d’énergie consommée via des énergies renouvelables», précise Philippe Truchy, directeur de la SPL Oser. Groupes scolaires, lycées, gymnases… les travaux de rénovations énergétiques sur ces bâtiments sont souvent accompagnés de travaux de mises en conformité incendie et accessibilité voire de travaux d’aménagement intérieur. Pilotés par les SPL, les travaux sont confiés à des entreprises ou des groupements d’entreprises dans le cadre d’un marché global de type conception-réalisation-exploitation-maintenance. «Les marchés se situent dans une fourchette allant d’un million à 4,5 millions», indique le directeur de la SPL.

 

Les travaux de rénovation thermique de l’école des Vennes de Bourg-en-Bresse (01), avant et après (utilisez le curseur pour passer d’une image à l’autre)

 

Créée sous l’impulsion de la région Rhône-Alpes, la SPL compte de nouveaux actionnaires. Après Annecy et Grenoble, trois autres communes devraient prochainement entrer au capital de la SPL Oser, portant à seize le nombre d’actionnaires. Présente en amont dès la phase de diagnostic, cette structure intervient en tiers financement sur les projets. «Le tiers financement nécessite de la simplification, souligne Benoît Leclair, président de la SPL. Nous souhaiterions par exemple pouvoir agir dans les mêmes conditions financières et fiscales qu’une collectivité locale en récupérant la TVA sur les intérêts d’emprunts notamment».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X