Bâtiment

La sobriété du lycée est dans ses gènes

Mots clés : Démarche environnementale - Education - ERP sans hébergement

Près de Toulouse, un établissement en forme de chromosome affiche un bilan à énergie positive.

Conçu par l’agence d’architectes Kardham Cardete Huet, le lycée Nelson-Mandela de Pibrac (Haute-Garonne), dans la métropole toulousaine, répond à un souci d’intégration paysagère et d’économies d’énergie. En forme de chromosome, il se compose de deux parties principales reliées par le hall. En raison de la déclivité du terrain, le bâtiment est en R + 1 sur une partie et en R + 2 sur l’autre. « Il a fallu bien comprendre la topographie afin de se caler au mieux dans le terrain et avoir le moins possible de terre à évacuer », précise Gérard Huet, directeur de l’agence d’architecture.

Cet agencement original offre de nombreuses vues sur le paysage naturel et patrimonial des lieux : le restaurant scolaire, en grande partie vitré, s’ouvre sur la basilique Sainte-Germaine quand la cour de récréation donne, elle, sur la forêt. Par ailleurs, la répartition de la chaleur et du rafraîchissement est facilitée. Les deux côtés du hall, l’un débouchant sur l’entrée et l’autre sur la cour, sont équipés de casquettes et de colonnades « qui font le lien entre les bâtiments et limitent l’apport solaire sur la partie centrale », indique Mathilde Gallien, architecte chargée du projet.

 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X