Règles techniques

La RT 2012 fait encore des vagues

Mots clés :

Gouvernement et fonction publique

-

Réglementation technique

-

Réglementation technique

L’association « Equilibre des énergies (Eden) » a réuni mardi 18 mars une centaine de personnes autour d’Alain Lambert, ancien ministre du Budget et président de la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN). Le thème du débat était : pourquoi faut-il rapidement réviser la RT 2012 ?

Alain Lambert ne mâche pas ses mots lorsqu’il parle de la RT 2012 : « La RT 2012 est le symbole d’un échec. Avec ses  1377 pages ce n’est pas un texte de droit ! Elle ne respecte pas l’esprit du Grenelle de l’environnement, pire elle a un effet inverse à ce qui était prévu. Elle ne prend pas en compte la diversité de nos territoires, bloque l’innovation scientifique et technique et semble favoriser le gaz. Or cela ne faisait pas partie des objectifs de départ. »

Invité par l’association « Equilibre des énergies (Eden), l’ancien ministre du Budget, président du Conseil général de l’Orne et président de la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN), a estimé devant une assemblée comptant une centaine de personnes parmi lesquelles des architectes, des industriels, des élus locaux et des fournisseurs d’énergie que la RT 2012 « bloque l’innovation technologique et aboutit à plusieurs problèmes pour sa mise en œuvre, tel que l’absence d’intelligibilité et d’accessibilité à un texte de droit incompréhensible, l’absence de considération pratique à sa mise en œuvre, les problèmes qui se posent pour de nombreux territoires non reliés au gaz, un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) non atteint et un arbitrage ministériel au profit du gaz non adapté au milieu rural. »

Jean Bergougnoux, président d’Eden et directeur général d’EDF entre 1987 et 1994, a plaidé lui pour une « méthode normative plus souple et plus efficace afin de pouvoir construire des logements en France ».

 

« Un surcoût de 10 à 15 % dans les communes non reliées au gaz »

 

Par ailleurs, pour Christian Louis Victor, président de l’Union des maisons françaises (UMF), la RT 2012 a aussi l’inconvénient de freiner la construction de logements du fait de son impact financier : « Le surcoût est compris entre 9 et 15 % », a-t-il indiqué avant de plaider lui aussi pour une plus grande souplesse dans l’application des normes. Ce surcoût entrainerait par conséquent une désolvabilisation des ménages et serait responsable de la non-construction de logements aujourd’hui en France. Elu de l’Orne, où 40 communes sur 500 sont reliées au gaz, Alain Lambert a alerté sur le fait que « la RT 2012 renchérit de 10 à 15 % la quasi-totalité des nouveaux logements dans les  communes non reliées au gaz ». Il a donc conclut par un appel à « simplifier ce texte inaccessible au plus grand nombre d’entre nous et dont la mise en place sur le terrain s’avère très compliquée. Nous souhaitons aussi mettre en lumière le modèle retenu, qui est un modèle urbain, qui ne reflète pas la diversité de nos territoires dont nombreux ne sont pas desservis par le gaz ».

Pas sûr qu’il soit entendu. La ministre du Logement, Cécile Duflot, avait bien expliqué au Moniteur.fr mardi 19 mars : « Je pense qu’il n’est ni souhaitable, ni nécessaire de réviser sur le fond la RT2012, nous devons par contre veiller à ce qu’elle puisse être mise en œuvre. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    A François CARISSAN

    Si les architectes se sentent décrédibilisés n’est-ce pas plutôt en raison d’une notoire insuffisance des connaissances techniques fondamentales? Il n’y a qu’à faire des comparaisons avec les formations des confrères espagnols, allemands, italiens pour mesurer l’écart. Dans cette situation, au fil des années, beaucoup d’architectes n’ont pas délégués certaines missions techniques à des techniciens spécialisés (qui suppose un contrôle des prestations déléguées) mais les ont tout simplement abandonnées ! Alors que dans l’ingénierie informatique on revendique les termes d’architectes-système, d’architectes-réseaux, les architectes en titre se plaignent de leur dévalarisation. Architectes, rencontrez-vous, échangez, formez-vous, REAGISSEZ!!! Confraternellement
    Signaler un abus
  • - Le
    @ Guillaume LEROUX : Il existe des dormant sans aile spécifiquement utilisé pour la pose avec ITE où il suffit de mettre un compribande BBC avec un jeu de 1 à 2 cm sur le pourtour de la fenêtre.
    Signaler un abus
  • - Le

    Architecte, profession sinistrée par les réglementations

    Absolument d’accord avec STMONITEUR, les concepteurs sont totalement décridibilisés, dévalorisés, sinistrés, la lourdeur administrative de réglementations à répétition est en train d’enterrer la profession d’architecte !… de la part d’un architecte travaillant seul dans son appartement, et qui n’a d’autre comme perspective,… Que le KO !…
    Signaler un abus
  • - Le

    La RT 2020 promet !

    Ainsi la RT 2012 aurait tous les défauts et serait responsable de tous les maux. Pourquoi ces lobbies ne sont pas intervenus depuis 1974 pour dénoncer les réglementations successives qui ont abusivement favorisé le chauffage électrique? La réglementation de 2020 prenant en compte la totalité des consommations, les déplacements et l’énergie grise promet! Je vois d’ici monter au créneau, les constructeurs automobiles, les fabricants de briques, les cimentiers, prétextant une réglementation contraire à leur « business »…
    Signaler un abus
  • - Le
    La RT2012 a dépossédé les concepteurs de leur savoir faire. Auparavant capables de réaliser eux-mêmes leurs calculs de déperditions, ils ne sont plus en mesure de proposer des choix à leurs clients si ce n’est « sous réserves » de passer sous les fourches caudines de moteurs de calcul inaccessibles. A partir de 150m² neufs ou extension de plus de 30% il faut vous équiper d’une usine à gaz avec bureau d’étude vous tenant la main. Dépossédés, décrédibilisés du fait de cette perte d’autonomie, il peuvent, c’est vrai, se concentrer sur la gestion des comptes TVA (factures à 5.5,7,10, 19.6 et 20%) pour finir les chantiers en cours… ou sur les nouvelles modifications de règles PMR au cm. Ils estiment en SHON, attestent en SHONrt et déposent leurs PC en SDP. A oui, ils établissent deux contrats pour une même opération, pour se prémunir de ne pas rendre leur honoraires dans le cadre de la loi SCRIVENER si le financement ne passe pas le stade de la demande de crédit…Etc. RALBOL
    Signaler un abus
  • - Le
    Peut-on espérer qu’Alain LAMBERT soit entendu avant qu’il n’y ait trop de dégâts dans les campagnes et que, déjà bien atteints par la crise, nous ne soyons tous des « sinistrés de la RT2012 »?Je ne juge pas ici le bien fondé des économies d’énergie mais l’application.
    Signaler un abus
  • - Le

    RT 2012 les vrais problèmes sur le terrain

    Gaz ou électricité peut engendrer des pbs pour les communes en terme d’invest certes Mais a-t-on pensé au consommateur qui cherche par exemple la fenêtre performante adaptée à l’isolation extérieur ? Rien n’est réellement proposé, et oblige a faire un vide technique intérieur de 10cm pour les dormants prévus isolation intérieur oblige a ré isoler les pourtours de ce dormants pour éviter les ponts thermiques !!!!
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (7)
    Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X