Santé

La qualité de l’air intérieur va de pair avec la performance énergétique des bâtiments

Mots clés : Air - Efficacité énergétique - Réglementation thermique et énergétique

En collaboration avec Atmo Picardie, l’Ineris a étudié sur le terrain les interactions entre la qualité de l’air intérieur, le confort et la consommation énergétique dans quelques bâtiments performants en énergie. Les travaux, financés par l’ADEME et la Région Picardie, ont permis de constater que la qualité de l’air intérieur dans ces bâtiments est globalement satisfaisante.

Dans le cadre du programme national, piloté par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, visant à améliorer la connaissance des pouvoirs publics sur les Bâtiments Performants en Energie (BPE), la délégation Picardie de l’Ademe et la Région Picardie ont confié à l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques) et à Atmo Picardie (une association qui assure la surveillance de la qualité de l’air dans la région) la réalisation d’une étude dont l’objectif était d’évaluer la qualité de l’air intérieur de BPE pour définir et intégrer, à terme, des critères spécifiques à la préservation de cette qualité de l’air intérieur dans les appels à projets du Programme national de Recherche et d’expérimentation sur l’Energie dans les bâtiments (PREBAT).

L’enjeu de cette étude était notamment de vérifier si les moyens mis en œuvre pour assurer de bonnes performances énergétiques (maîtrise des fuites d’air, apport d’air neuf contrôlé…) n’étaient pas susceptibles de dégrader la QAI. Les travaux de l’Ineris et d’Atmo Picardie ont donc porté sur 19 sites de Picardie. Les bâtiments sélectionnés, à usage domestique et professionnel, sont intégrés dans le PREBAT ou souscrivent à la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE).

L’étude n’a pas porté sur l’ensemble du parc français des bâtiments performants en énergie. De fait, les conclusions de l’étude ne sont ni représentatives de la situation globale de ce type de bâtiments, ni applicables à l’ensemble du parc français.

 

Des bâtiments performants en énergie… et en qualité de l’air intérieur

 

Les données collectées par l’INERIS et Atmo Picardie sur les 19 sites ont été comparées avec les données de la Campagne Nationale Logements (CNL) de l’OQAI, issues d’un échantillon de 567 logements représentatifs des 24 millions de résidences principales françaises. Il ressort globalement que la QAI dans les bâtiments étudiés ne présente pas de situation dégradée, malgré certains défauts de fonctionnement des systèmes de ventilation constatés sur site.

Parmi les enseignements pratiques de l’étude, l’Ineris et Atmo Picardie soulignent l’importance de former les occupants des BPE aux bonnes pratiques en air intérieur ainsi qu’à la gestion des systèmes de ventilation, afin de pouvoir s’approprier le mode de fonctionnement de leur bâtiment et y maintenir une bonne QAI sur le long terme.

Par ailleurs, l’étude rappelle l’intérêt de suivre des recommandations plus générales, non spécifiques aux BPE, lors de la conception/réception des bâtiments : exigence sur le degré de précision des documents techniques permettant de juger de la conformité du bâtiment par rapport à sa conception ; choix de matériaux peu émissifs pour la structure des bâtiments, les produits de construction et les équipements intérieurs ; vérification des débits de ventilation à réception des bâtiments.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X