Matériaux et équipements

La pompe à chaleur cherche à consolider ses excellents résultats

Mots clés : Chauffage - froid - Matériel - Equipement de chantier

Portée par une belle croissance depuis plusieurs années, la filière pompe à chaleur étudie de nouvelles applications pour conforter son assise.

L’année 2016 confirme la tendance : la pompe à chaleur se porte particulièrement bien. Sur les huit premiers mois de l’année, les ventes de chauffe-eau thermodynamiques progressent de 3,5 %, celles des PAC air-eau de 3 %, celles des PAC hybrides de 19 %, celles des PAC air-air de 25 %. Seule la géothermie continue sa plongée dans les profondeurs. Cette bonne santé globale de la filière date de plusieurs années, avec l’entrée en vigueur de la RT 2012 qui a poussé les constructeurs privilégiant jusqu’alors l’effet Joule à adopter la pompe à chaleur.

Mais qu’adviendra-t-il dans les prochaines années ? Certes, la loi de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) mise beaucoup sur la pompe à chaleur pour pousser le développement des énergies renouvelables. Mais la filière doit malgré tout soigner ses arguments pour continuer sur sa lancée, alors que les systèmes énergétiques se diversifient et que les besoins de chauffage dans les bâtiments diminuent.

 

ECS en collectif et hybride en individuel

 

Les deux guides présentés jeudi 17 novembre par l’Afpac (Association française pour la pompe à chaleur) vont dans ce sens. Ces ouvrages, édités en petit nombre en papier et prochainement disponibles sur le site Web de l’Afpac, tracent des perspectives sur deux marchés spécifiques. L’un met en avant les atouts des pompes à chaleur pour la production d’eau chaude sanitaire dans le collectif. Thermodynamique, double service mais aussi modules thermiques d’appartement constituent autant de procédés performants que l’Afpac entend faire davantage connaître à la maîtrise d’ouvrage et aux bureaux d’étude. Autre segment, la pompe à chaleur hybride. Le guide technique que l’Afpac lui consacre explore les possibilités en maison individuelle. Ces appareils, qui abritent dans une même enveloppe une pompe à chaleur et une chaudière, constituent une solution intéressante pour les habitations individuelles chauffées au fioul, mais aussi pour les maisons neuves, avec plutôt une solution condensation gaz. Le document de l’Afpac se fait l’écho de plusieurs modélisations, qui calculent les optimums techniques et économiques pour ces appareils en fonction du type de construction.

 

Attentes autour des CEE

 

Les acteurs de la filière ont par ailleurs des attentes fortes autour des certificats d’économie d’énergie (CEE). Alors que le gouvernement a  annoncé le doublement de l’objectif pour la quatrième période, qui démarrera en 2018, les générateurs de chauffage restent toujours pénalisés, puisque désormais seul le différentiel de performance par rapport au standard du marché. Les exigences vont encore se renforcer le 1er janvier prochain, pénalisant davantage les générateurs dans le dispositif. Avec un objectif de doublement, l’Afpac – comme l’ensemble de la filière chauffage – espère se faire entendre des Pouvoirs publics pour mieux valoriser les appareils dans les fiches d’opération standardisées.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X