Industrie/Négoce

La planète bois se donne rendez-vous à Nantes

Mots clés : Bois

Le Carrefour international du bois s’ouvre le 1er juin à Nantes. Pour cette 14e édition, les organisateurs ont investi un cinquième hall pour accueillir les 550 exposants (dont 35% de fournisseurs étrangers) sur une surface totale de 9 000 m2.

En France, le secteur du bois représente 450 000 emplois. « C’est autant que l’industrie automobile », fait remarquer Nicolas Visier, délégué général d’Atlanbois, l’association interprofessionnelle pour la promotion du bois en Pays de la Loire, et animateur du réseau France Bois Régions. Un tel pan de l’économie se devait bien d’avoir son « mondial du bois ». Depuis vingt-huit ans, le Carrefour international du bois se tient tous les deux ans à Nantes, historiquement en raison de l’importance du terminal bois du port de Nantes-Saint-Nazaire, copropriétaire du salon avec Atlanbois.

A l’image de l’essor du bois dans la construction – qui a dépassé le cap du matériau tendance et s’affirme aujourd’hui comme un système constructif reconnu – le Carrefour progresse au fil des années. Pour cette 14e édition, qui se tiendra les 1er, 2 et 3 juin au parc des expositions de la Beaujoire, les organisateurs ont investi un cinquième hall et proposent une surface d’exposition de 9 000 m2. « Nous avons accru la surface d’exposition de 13 % », se réjouit Cécile Touret, commissaire générale du salon, qui rappelle toutefois que la course au mètre carré n’est pas une fin en soi et que la surface des stands est volontairement limitée à 36 m2, afin « de ne pas faire de différence entre les entreprises ».

 

Un événement international

 

Incontestablement, la formule séduit, notamment les fournisseurs étrangers, qui représentent 35 % des 550 exposants. « Nous travaillons aussi à faire venir les acheteurs internationaux, avec des actions importantes en Europe (Royaume-Uni, Pays-Bas, Italie, Belgique…) et dans les pays du Maghreb et du Proche-Orient », explique Cécile Touret. La part des visiteurs venus de l’étranger est ainsi passée de 18 % en 2012 à 22 % en 2014, et les organisateurs visent une proportion identique pour cette édition. L’époque où la France vendait ses grumes à l’étranger – en Chine, notamment – et achetait ensuite des produits finis est derrière nous. « Aujourd’hui, le bois est de plus en plus transformé en France », constate l’industriel Pierre Piveteau, président du salon.

Sans grandes ressources forestières, la région Centre-Pays de la Loire reflète cette tendance et près de 40 exposants proposeront poutres, lames, bardages… mais aussi, pour la première fois, du mobilier et de l’agencement intérieur dans le cadre d’une exposition coproduite avec le Quartier de la création de l’île de Nantes.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X