Chantiers

La Passerelle Sud de l’Île Seguin est mise en place

Mots clés : Ouvrage d'art

Le 24 mars dernier, la passerelle piétonne, qui reliera, à son ouverture à la fin de l’année, le sud de l’Île Seguin, à Boulogne-Billancourt, à la ville de Sèvres, dans les Hauts-de-Seine, a été mise en place. Une opération spectaculaire et symbolique.

C’est une étape importante dans l’aménagement de l’Île Seguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Le 24 mars dernier, la passerelle piétonne qui reliera, à la fin de l’année 2016, le nouveau quartier boulonnais – lieu industriel historique, qui a vu la présence des usines et du siège de Renault de 1919 à 1992 – à la ville de Sèvres, qui lui fait face au sud, a été mise en place. Selon la ville de Boulogne-Billancourt et la société publique locale Val-de-Seine Aménagement, la passerelle Sud de l’Île Seguin « participera au rayonnement de ce lieu d’exception », qui accueillera également la Cité musicale départementale, actuellement en construction.

Conçue par les Ateliers Jean Nouvel et le maître d’œuvre Ingérop, cette nouvelle passerelle se présente sous une forme particulièrement « épurée » et minimaliste, en phase avec le caractère industriel du site. Elle mesure 97 mètres de long et 5,7 mètres de large pour un poids de 350 tonnes, et ne repose sur aucun appui intermédiaire dans la Seine. Entièrement fabriquée, en l’espace de six mois, dans l’usine d’Eiffage Construction Métallique de Lauterbourg (Bas-Rhin), elle a été acheminée sur le chantier, en deux semaines, à l’aide d’une « Twin Barge » (deux barges accolées l’une à l’autre), via le Rhin, la Mer du Nord et la Manche. Sa mise en place définitive, à l’aide de quatre vérins montés sur deux palées, a été assurée, en une dizaine d’heures seulement, par les équipes d’Eiffage Travaux Maritimes et Fluviaux.

 

Une passerelle de 97 m sans appui intermédiaire

 

Dotée d’un tablier métallique en forme de « U » – dont les deux poutres latérales sont constituées de caissons reliés en partie inférieure par un platelage orthotrope –, la Passerelle Sud repose, de part et d’autre de la Seine, sur deux murs de soutènement en béton armé, fondés sur 19 pieux béton (de 24 mètres de profondeur pour 800 mm de diamètre), côté Île Seguin, et sur 19 pieux métalliques (de 20 mètres de profondeur pour 900 mètres de diamètre), côté Sèvres. Le premier ouvrage est destiné à retenir, sur une longueur de 31,5 mètres, les terres du parvis public, entre les berges basses (+ 29 mètres NGF) et les circulations hautes (+ 36 mètres NGF). Le second ouvrage vise à soutenir, sur 35 mètres, le talus existant sur lequel circule la ligne T2 du tramway. Deux escaliers et un ascenseur assureront la liaison entre la passerelle et le chemin de halage sous-jacent (+ 30 mètres NGF). « La présence de la ligne de tramway, à seulement cinq mètres de la Seine, et de canalisations de gaz, sous le chemin de halage, a représenté l’une des principales contraintes du chantier », indique Jonathan Delacour, ingénieur travaux pour Eiffage Travaux Maritimes et Fluviaux.

Le coût de la Passerelle Sud de l’Île Seguin s’élève à sept millions d’euros. Son ouverture officielle, concomitante à celle de la Cité musicale départementale, est prévue en octobre 2016.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X