Chantiers

La passerelle du Grand Large à Dunkerque, l’une des plus longues de France, bientôt achevée

Mots clés : Architecte - Ouvrage d'art

Quatorze mois de travaux auront été nécessaires pour construire la passerelle du Grand Large à Dunkerque (Nord), dessinée par l’architecte Brigit de Kosmi. Longue de 300 m, cette passerelle piétonne relie le Fonds régional d’art contemporain (Frac) du Nord-Pas-de-Calais à la plage de Malo-les-Bains.

Trait d’union entre la terre et la mer, la passerelle piétonne du Grand Large à Dunkerque (Nord) sera inaugurée au cours du mois d’avril. Longue de 300 m environ et large de 4,1 m, elle relie le premier étage du Fonds régional d’art contemporain (Frac) du Nord-Pas-de-Calais – ouvert en novembre 2013 – au monument de la digue des Alliés, sur la plage de Malo-les-Bains. Mené par un groupement d’entreprises, dont Bouygues Travaux Publics Régions France est mandataire, le chantier de construction de l’ouvrage aura duré 14 mois, à l’issue de six mois d’études, auxquelles a notamment participé le bureau d’études Setec TPI.

Comme une partie de la passerelle franchit le canal exutoire du Grand Port Maritime de Dunkerque, une digue provisoire a été édifiée. Cette dernière a permis la mise en place de six appuis provisoires, surmontés de vérins hydrauliques. Une fois les fondations des quatre mâts de l’ouvrage ancrés dans le sol réalisées (des pieux et des barrettes jusqu’à une profondeur de 12,5 m), puis lesdits mâts érigés, les caissons de rive de la passerelle ont été assemblés les uns aux autres, à l’avancement, sur les appuis provisoires. Ces éléments métalliques (long chacun de 25 m environ) mis en place de part et d’autre de la travée et reliés ensuite par des traverses, les 12 mâts non ancrés dans le sol ont alors pu être installés.

 

Ancrage oblique de quatre mâts de 28 m de haut

 

« L’ancrage des quatre mâts de 28 m de haut dans leur semelle a représenté un défi technique », indique Florian Richard, conducteur de travaux pour Bouygues Travaux Publics Régions France. « Pour ce faire, nous avons réalisé deux massifs en béton armé accueillant chacun, en plus d’un ferraillage important, deux ensembles de 16 tiges filetées (de 1,35 m de long pour 76 mm de diamètre) reliées entre elles par une couronne. Les mâts étant obliques, ces tiges ont dû être mises en place au millimètre près et surveillées attentivement durant la prise du béton… »

Particularité de la passerelle du Grand Large : sa conception reprend le principe de la poutre Fink inversée. Schématiquement, cette conception reprend la structure d’une poutre treillis, dont la membrure supérieure a été supprimée : les 16 mâts de la passerelle correspondent aux montants et les tirants aux diagonales. Cette solution permet notamment d’obtenir un tablier très fin (80 cm d’épaisseur) au regard de la portée de l’ouvrage (112 m). « Pour moi, ce design coulait de source, car il rappelait les mâts des bateaux amarrés au port de Dunkerque, tout en étant en accord avec l’échelle des hauteurs en présence sur le site », fait savoir Brigit de Kosmi, l’architecte de l’ouvrage.

 

Poutre Fink inversée

 

Opération complexe elle aussi, la mise en œuvre des tirants (de 17 à 28,5 m de long pour un diamètre de 72 mm), qui relient, en se croisant, les 16 mâts au tablier, a nécessité un réglage fin de la part des équipes de l’entreprise belge spécialisée Victor Buyck Steel Construction : techniquement, les tirants devaient être posés quasi-simultanément de part et d’autre de la passerelle et, en termes de phasage, en « pianotant » tout le long de l’ouvrage. De plus, le « dévérinage » de la passerelle, qui reposait préalablement sur des appuis provisoires, devait être réalisé minutieusement, de sorte à solliciter le moins possible les tirants.

Achevée dans quelques jours, la passerelle du Grand Large sera bientôt ouverte aux Dunkerquois, qui pourront fouler le platelage en bois Massaranduba – un bois exotique importé du Brésil – qui compose son revêtement. Cette nouvelle passerelle piétonne, dont la construction est estimée à 5,7 millions d’euros, sera alors l’une des plus longues de France.

Focus

Précisions de Setec TPI

Le bureau d’études Setec TPI tient à apporter les précisions suivantes :

-Le bureau d’études Setec TPI est, avec Mme de Kosmi, concepteur de la passerelle et est mandataire de la maîtrise d’oeuvre.

-Les fondations des 4 mâts sont constituées chacune de trois barrettes de 9 m de profondeur (dimensions 2,82 m x 0,83 m), les fondations par pieux de 12,5 m de profondeur étant les fondations de la culée située côté Malo-les-Bains.

-Les tirants devaient être posés simultanément de part et d’autre de chaque mât, et non « de part et d’autre de la passerelle ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X