Aménagement

La nouvelle région Est scelle un «pacte pour la ruralité»

Mots clés :

Efficacité énergétique

-

Electricité - Equipements électriques

-

Etat et collectivités locales

-

Télécommunications

-

Transport ferroviaire

Première mesure significative du conseil régional Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine à l’issue de sa séance plénière du 25 janvier, le pacte «ruralité» impliquera des chantiers de fibre optique, de transports ferroviaires et de rénovations énergétiques.

C’était l’une des formules clés de Philippe Richert dans son discours d’investiture à la présidence de la nouvelle région Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine, le 4 janvier dernier : inventer un «pacte pour la ruralité». L’idée part d’un constat de déliquescence de pans entiers du territoire de la nouvelle région, les plus éloignés des centres urbains. Cette situation déclenche un «sentiment d’abandon», selon les termes mêmes du nouveau président, dont la traduction dans les urnes par le vote FN a été flagrante.

Ce Pacte a été adopté lundi lors de la première séance plénière du nouveau conseil régional à Strasbourg. Trois facettes intéresseront le monde de la construction.

 

Schéma directeur d’aménagement numérique

 

Le texte annonce l’élaboration dans les prochains mois d’un Schéma directeur territorial d’aménagement numérique (SDTAN) pour «lutter contre la fracture numérique». Concrètement, ce document «cadre» déclenchera des travaux de déploiement de la fibre optique, en s’appuyant sur les schémas régionaux ou départementaux adoptés dans la précédente organisation institutionnelle. Le plan alsacien voté à l’automne dernier prévoit par exemple 400 millions d’euros de travaux pour l’accès au très haut débit, dans le cadre d’une délégation de service public à NGE Concessions.

Autre volet du Pacte: le «renforcement des liaisons ferroviaires entre zones rurales et grandes villes». Les candidatures se bousculeront sans doute au portillon et il faudra que le nouvel exécutif régional fasse des arbitrages.

Enfin, au titre du «maintien et développement des activités économiques», le BTP sera concerné en premier chef par le renforcement annoncé des rénovations thermiques de bâtiments. La profession attend avec impatience la politique qui traduira l’intention au quotidien.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X