Energie

La nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes conforte sa position de premier producteur d’électricité solaire

Mots clés : Electricité - Energie renouvelable

Le bilan électrique de RTE, qui exploite et développe les réseaux à haute et très haute tension, montre un accroissement en 2015 de 40% du parc solaire et de 15% du parc éolien dans la grande région ALPC. La même année, l’exploitant a investi 120 millions d’euros dans les réseaux régionaux.

Quel lien entre une centrale biomasse à Facture, une usine hydraulique à Eguzon, la nouvelle centrale photovoltaïque de Cestas ou une sous-station de la LGV dans la Vienne ? Le raccordement par RTE au réseau national d’électricité. Des investissements discrets, qui allient technicité et gros volumes et font souvent appel à des entreprises de travaux publics spécialisées dans les réseaux.

Le bilan électrique 2015 de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes souligne plusieurs caractéristiques du réseau régional. D’abord, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes conforte sa position de première région productrice d’électricité solaire en France : 1816 GWh produits en région dont 1594 MW raccordés au réseau, pour 6196 MW au national. Le parc solaire installé progresse de 40% en 2015, soit 452 MW produits en plus. Une augmentation spectaculaire, due notamment au raccordement le 28 septembre 2015 de la plus grande centrale solaire de France, sur le site de Constantin à Cestas en Gironde. Du coup, la production solaire régionale a fait un bond de 55% cette année.

L’éolien n’est pas en reste: sa production, encore relativement modeste, a augmenté de 15% (75 MW de plus pour 538 MW installés).

Cumulées, les énergies renouvelables représentent cette année 37% des installations de production électrique dans la région (34% en 2014), mais accusent une légère baisse de production (-2,2%). En cause, la forte baisse de la production hydraulique (1758 MW, -25%) liée à une faible pluviométrie en 2015, surtout en Limousin et dans une moindre mesure les Pyrénées. Le parc des centrales biomasse a également été dopé, et la production régionale (61 MW) est en hausse de 27%.

 

630 millions d’investissements d’ici 2020

 

Côté consommation électrique, la région connaît en 2015 son niveau le plus élevé depuis 2008, mais il reste largement couverte par la production régionale. Cette hausse de 2,8% est liée essentiellement aux variations des températures par rapport aux normales saisonnières: plus basses en début d’année et plus hautes en été.

La consommation des particuliers et professionnels augmente (20,8 GWh, +3,7%), celle de l’industrie est stable (4,9 GWh), celle des PME/PMI s’accroît (13,6 GWh, +2,3%).

Depuis plusieurs années, les investissements de RTE sur les réseaux se développent pour favoriser la part des énergies renouvelables dans la production (le mix énergétique) et atteindre 40% d’ici à 2030 (objectif de la loi relative à la transition énergétique et à la croissance verte). Au niveau régional, le réseau accueille de nouveaux centres de production, comme les centrales photovoltaïques et les parcs éoliens. En 2015, RTE aura injecté 120 millions d’euros dans la grande région: renforcement de l’alimentation électrique de Bordeaux par une nouvelle liaison électrique souterraine de 225 000 V de Bruges à Ambès (Gironde) et le raccordement de quatre sous-stations ferroviaires sur le chantier LGV en Poitou-Charentes (30 millions investis). Autre gros chantier, le raccordement de la centrale de Cestas (33) et celui d’un poste source à Peyrillac (87) avec ERDF. Ce dernier chantier, réalisé pour sécuriser l’alimentation de la Haute-Vienne, représente 30 km de liaisons électriques souterraines, 250 poteaux électriques supprimés.

En 2016, RTE prévoit d’investir 130 millions d’euros. Sont notamment prévus de nombreux travaux sur le réseau en Limousin sur un axe Guéret-Tulle pour accueillir la production nouvelle des ENR, le raccordement de nouveaux gros clients entre Niort et Poitiers, en Gironde, et à l’est de Périgueux. Les travaux d’entretien sont également dans cette enveloppe, puisque la région totalise 13 124 km de liaisons aériennes, 581 km de liaisons souterraines et 336 postes électriques.

Au total, RTE prévoit d’investir 630 millions d’euros d’ici à 2020 dans la région.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X