Vie de l'entreprise

La médiation du crédit va soutenir les TPE du BTP en 2015

Le soutien aux très petites entreprises du secteur de la construction sera l’une des priorités de la médiation du crédit en 2015. Par ailleurs, le gouvernement devrait annoncer, d’ici juin, des mesures de soutien à destination des petites entreprises en difficulté financière.

En 2014, 3 565 entreprises ont saisi la médiation du crédit. Un chiffre en baisse de 16% par rapport à 2013. A cette baisse, trois raisons, pour la médiation du crédit : les PME ont bénéficié, l’an dernier, d’un accès plus large au crédit ; le CICE est monté en puissance ; et les entreprises, du fait du contexte économique atone, ont eu moins de pression sur leur besoin en fonds de roulement et leur plan d’investissements.

La baisse des saisines n’est donc pas tout à fait un signe positif pour l’économie. D’autant plus que la médiation du crédit se montre préoccupée, pour 2015, par la situation financière de nombreuses TPE, notamment du bâtiment et des travaux publics. Au point que l’un de ses principaux objectifs en 2015 est de mieux les soutenir.

 

Des mesures de soutien pour les TPE seront annoncées d’ici juin

 

« Si le crédit qui est accordé aux TPE a progressé de 2,1% au cours de 2014, les dépôts de bilan n’ont pas connu de net repli », note Fabrice Pessin, médiateur national du crédit. « Des mesures pour soutenir les petites structures sont à l’étude à Bercy et à l’Elysée, affirme la médiation du crédit. Des annonces devraient être faites d’ici juin au plus tard. La sensibilité des pouvoirs publics est extrêmement forte à ce sujet. La médiation du crédit est impliquée dans ce travail de réflexion, ainsi que l’observatoire du financement des entreprises. »

En 2015, la médiation du crédit souhaite également établir un point d’étape sur les cinq engagements passés par la Fédération bancaire française en juin 2014 pour améliorer les relations entre entreprises et banques : répondre à une demande de crédit sous quinze jours ; donner une explication orale en cas de refus ; inclure des voies de recours dans les lettres de refus ; mieux informer sur le financement de la trésorerie ; favoriser une stabilité des chargés de clientèle.

La majorité des saisines du médiateur sont faites après que des lignes de crédits de trésorerie sont diminuées ou supprimées du fait d’une baisse d’activité. « Aujourd’hui, les entreprises ne sont pas confrontées à une offre de crédits trop faible, au contraire, note la médiation. Les entreprises souffrent plutôt d’un manque de demande, d’un manque de carnets de commandes. »

Pour saisir la médiation du crédit, cliquez ici.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X