Règles d'urbanisme

La loi Littoral prévaut toujours sur une simple carte communale

Mots clés : Aménagement du littoral - Etat et collectivités locales - Normalisation - Marquage CE - Urbanisme - aménagement urbain

Un arrêt récent du Conseil d’Etat illustre une nouvelle fois la vivacité de la loi Littoral, votée à l’unanimité il y a plus de trois décennies, le 3 janvier 1986. Un rappel salutaire de la hiérarchie des normes urbanistiques… et une façon d’inciter les communes littorales récalcitrantes à se doter (enfin) d’un plan local d’urbanisme.

Alors que les côtes littorales françaises, étendues sur plus de 7 000 km, restent très convoitées, que les pressions financières, touristiques et urbanistiques sont toujours aussi présentes, le Conseil d’Etat vient de rendre un nouvel « hommage » à la loi Littoral, trente après son adoption. Par un arrêt du 3 octobre dernier (1), la Haute juridiction administrative a en effet jugé que cette législation, très protectrice du point de vue environnemental et patrimonial, demeurait la référence pour délivrer les autorisations d’urbanisme dans ces communes, en particulier dans celles encore dotées d’une simple carte communale.

En l’espèce, un particulier a sollicité un certificat d’urbanisme puis un permis pour la construction d’une maison d’habitation sur une parcelle classée non constructible (Nr) par le plan local d’urbanisme (PLU) récemment approuvé par...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X