Transport et infrastructures

La ligne nouvelle ferroviaire PACA a repris ses études

Le dossier d’une nouvelle infrastructure ferroviaire et de l’amélioration « des transports du quotidien » en PACA se focalise désormais sur les traitement des nœuds ferroviaire de Marseille et Nice pour permettre à un projet finançable d’ici à 2030 de voir le jour.



Désormais prévu avec un phasage en deux niveaux de priorité suite à la décision gouvernementale de juillet 2013 prise sur les bases des préconisation de la commission Mobilité 21 -un traitement du nœud ferroviaire marseillais de Marseille à Aubagne pour 2,5 milliards d’euros, un traitement du nœud ferroviaire azuréen de Nice à la Siagne pour 4,2 milliards d’euros pour la priorité 1-, le projet de ligne nouvelle PACA (ex-LGV PACA) a repris son long cheminement d’études et de concertation, amorcé il y a plus de dix ans. Avec le constat que depuis la mise en service du TGV Méditerranée en 2001 et avant cette décision de réalisation par étapes, le projet d’une ligne nouvelle entre Marseille, Toulon et Nice, permettant de faciliter les déplacements à l’intérieur de la région et d’achever la réalisation de l’arc ferroviaire Barcelone-Gênes, est resté à l’état de projet lointain, face aux enjeux financiers (plus de 20 milliards d’euros pour la LGV PACA), aux désaccords et à l’absence de portage politique fort par les élus de la région.

Une DUP envisagée pour 2017

L’arrêt des fuseaux de passage (la bande de terrain sur laquelle s’inscrira le futur tracé) il y a quelques jours par Frédéric Cuvilier, secrétaire d’Etat chargé des Transports, pour la 4ème voie de la section Marseille-Aubagne et pour la section de Nice à la Siagne, suite à la concertation menée fin 2013, va permettre de poursuivre les études préalables sur ces sections, avec la perspective, si elles sont validées, d’arriver jusqu’à l’enquête d’utilité publique. « L’objectif fixé est l’obtention de la DUP sur la priorité 1 en 2017 avec des travaux en 2020 et une mise en service avant 2030.

L’important aujourd’hui est que nous avons une décision sur la réalisation de la ligne nouvelle, ce qui n’était pas le cas auparavant et que ce projet à 6,5 milliards d’euros apparaît réalisable et finançable » souligne Jean-Michel Cherrier, directeur régional adjoint de RFF PACA.
Ces études, plus une consultation du public qui vient également de s’ouvrir sur les zones de passage préférentielles de la priorité 2 (section Aubagne-Toulon et section entre Cannes-Grasse et Le Muy), prévue elle à un horizon repoussé entre 2030 et 2050, entrent dans le dispositif de financement très conséquent (76 millions d’euros) qui avait été par prévu dans le cadre de la LVG PACA par l’Etat, RFF et les collectivités et qui n’a pas été remis en cause. Sans portage politique, la ligne LGV PACA fait au moins consensus quant à la nécessité d’en poursuivre les études et d’apporter des solutions pour éviter dans quelques années l’asphyxie de la région par la saturation de ses infrastructures routières.


Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Réponse à Didier Cade

    Mr Cade, riverain de la section Aubagne-Toulon se trompe en s’opposant à tout le projet et en faisant ainsi le choix des modes de transport polluant, avion et voiture. Son opposition serait plus constructive si elle se concentrait sur la section Aubagne-Toulon (la seule chose qui le dérange en fait), effectivement inutile et destructrice. Mais le reste du projet est nécessaire, et il faut arrêter de faire l’autruche la tête dans le sable. Et l’opposition à la section Aubagne-Toulon serait encore plus crédible, si elle s’accompagnait de la promotion des aménagements à réaliser sur la ligne existante : 4 voies entre Ollioules et La Seyne sur Mer, et 3 voies jusqu’à Toulon. Alors Mr Cade, chiche ?
    Signaler un abus
  • - Le

    Réponse à Didier Cade

    Il faut au contraire soutenir le projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur, accélérer la réalisation de la traversée souterraine de Marseille et de la mini-LGV entre EstVar-Mougins-Sophia Antipolis-Nice dès 2030 (et ne pas se contenter de la bouclette de Priorité 1 Cannes-Mougins-Nice qui laisserait Nice à 2h30 de Marseille pour seulement 158km à vol d’oiseau, soit 63km/h de moyenne comme un pigeon voyageur), pour désaturer les noeuds ferroviaires de Marseille, Toulon et de la Côte d’Azur tout en rapprochant Nice de Marseille et du reste de la France (gain de quasiment 1h par exemple entre Nice et Lyon) pour constituer l’arc méditerranéen
    Signaler un abus
  • - Le

    A Didier Cade, soutenez le projet sauf Aubagne-Toulon

    Mr Cade, riverain de la section Aubagne-Toulon fait une erreur en s’opposant à tout le projet et en faisant ainsi le choix des modes de transport polluant, avion et voiture. Son opposition serait plus constructive si elle se concentrait sur la section Aubagne-Toulon (la seule chose qui le dérange en fait), effectivement inutile et destructrice. Mais le reste du projet est nécessaire, et il faut arrêter de faire l’autruche la tête dans le sable. Et l’opposition à la section Aubagne-Toulon serait encore plus crédible, si elle s’accompagnait de la promotion des aménagements à réaliser sur la ligne existante : 4 voies entre Ollioules et La Seyne sur Mer, et 3 voies jusqu’à Toulon. Alors Mr Cade, chiche ?
    Signaler un abus
  • - Le

    Merci de soutenir le projet LN PCA

    Il faut au contraire soutenir le projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur Plus d’infos sur http://lgvpaca.eklablog.com/ln-pca-copil-du-21-mai-2015-a117706430 Il faut accélérer la réalisation de la traversée souterraine de Marseille et de la mini-LGV entre EstVar-Mougins-Sophia Antipolis-Nice dès 2030 (et ne pas se contenter de la bouclette de Priorité 1 Cannes-Mougins-Nice qui laisserait Nice à 2h30 de Marseille pour seulement 158km à vol d’oiseau, soit 63km/h de moyenne comme un pigeon voyageur), pour désaturer les noeuds ferroviaires de Marseille, Toulon et de la Côte d’Azur tout en rapprochant Nice de Marseille et du reste de la France (gain de quasiment 1h par exemple entre Nice et Lyon) pour constituer l’arc méditerranéen
    Signaler un abus
  • - Le

    merci de signer

    merci de signer la pétition contre ce projet dévastateur de la Provence, ruineux pour les habitants et n’apportant pas de solution concrète et rapide aux problèmes de transports de la région https://secure.avaaz.org/fr/petition/Segolene_Royal_Ministre_de_lEcologie_Developpement_durable_et_Energie_STOP_AU_PROJET_LGV_PACA_LN_PCA_Ligne_Nouvelle_Prov/?Day2Share
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (5)
    Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X