Transport et infrastructures

La LGV Est s’apprête à accueillir le nouveau record du monde de vitesse sur rail

Le TGV français devrait pulvériser mardi son propre record mondial de vitesse sur rail, en tentant d’atteindre une vitesse d’au moins 560 km/h, un exploit scientifique et industriel également destiné à vanter ses mérites auprès d’acheteurs étrangers potentiels.
Le TGV pourrait même tenter de dépasser 581 km/h, record de vitesse d’un train, détenu par le Maglev, train japonais expérimental à sustentation magnétique.

La tentative officielle de record aura lieu vers 13 heures. La rame s’élancera dans le sens province-Paris entre les points kilométriques 264 et 191, où le TGV devra impérativement cesser d’accélérer, a expliqué un porte-parole de la SNCF.
Les trois organisateurs, la SNCF, Réseau ferré de France (RFF), propriétaire du réseau, et Alstom, constructeur du TGV, ont procédé lundi à des répétitions: circulation de la « rame du record », mise au point des diagrammes qui serviront à vérifier les vitesses intermédiaires, ultimes vérifications techniques.
Le but affiché est de dépasser le record de mai 1990, soit 515,3 km/h, en roulant à au moins 540 km/h, soit une vitesse de 150 mètres par seconde, nom de code de l’opération (V150).
Si le record mondial de vitesse d’un train, 581 km/h, pourrait constituer un objectif à atteindre, les organisateurs répètent qu’il n’est pas question de tenter les 600 km/h. Une telle vitesse ferait courir des risques de rupture de la caténaire, le fil électrique aérien qui alimente le train.
La surface de contact avec la caténaire est équivalente « à la moitié d’un ticket de métro », a rappelé lundi Eric Pieszac, cheminot de 46 ans qui conduira mardi la rame du record.
Le record est aussi destiné à « recueillir des données sur le comportement de l’infrastructure et du matériel roulant dans des conditions extrêmes, impossibles à réaliser en laboratoire », font valoir les organisateurs.
Autre but affiché: vendre le TGV à l’étranger, soumis à la concurrence du japonais Shinkansen (fabriqué par Hitachi) ou de l’allemand ICE (Siemens).

Lire aussi notre Dossier documentaire LGV Est Européenne (Réservé aux abonnés)

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X