Energie

La géothermie profonde sort de terre en Alsace du Nord

Mots clés : Energie renouvelable - Établissements industriels, agricoles, ICPE

La centrale de géothermie profonde de l’énergéticien alsacien ES a été inaugurée mardi à Rittershoffen (Bas-Rhin). L’investissement de 55 millions d’euros donne naissance à la première installation de ce type dans le monde qui alimente une usine.

Le ban et l’arrière-ban des décideurs de l’énergie se sont retrouvés mardi 7 juin sous le – chaud – chapiteau de la petite commune de Rittershoffen, dans le nord de l’Alsace. Ségolène Royal, Bruno Léchevin président de l’Ademe et Pierre-René Lemas directeur général de la Caisse des dépôts ont inauguré ce qui est présenté comme une première mondiale: une centrale de géothermie profonde à usage industriel. L’équipement alimente en vapeur l’usine de l’amidonnier Roquette implantée 15 kilomètres plus loin, à Beinheim.

Le projet a représenté un investissement de 55 millions d’euros. Il a été porté et financé par le groupe énergétique local ES (filiale d’EDF), Roquette et la Caisse des dépôts réunis au sein de la société Ecogi (Exploitation de la chaleur d’origine géothermale pour l’industrie), avec une subvention de 25 millions d’euros du Fonds chaleur de l’Ademe.

Le procédé dit EGS (Enhanced Geothermal System ou géothermie stimulée) fait remonter l’eau des failles naturelles du sous-sol pour la faire passer dans un échangeur de chaleur qui transporte les calories vers l’usine, via une canalisation. Une fois les calories prélevées, l’eau repart dans le sous-sol pour un circuit en boucle. Elle est puisée à – 2 500 mètres, à une température de 170 degrés. La centrale produira 24 mégawatts, de quoi fournir à Roquette un quart de ses besoins en vapeur, le reste provenant d’une chaudière biomasse (50 %) et du gaz, auquel la géothermie se substitue en partie.

 

Des entreprises régionales ou spécialisées

 

La centrale est le fruit d’un long investissement dans le temps dont la constance a été soulignée par les intervenants. «Elle s’appuie sur trois décennies de recherche en Alsace pour vérifier le potentiel. Sans la prise de risque financier public et privé pour la recherche fondamentale puis pour un projet pilote, nous n’en serions pas aujourd’hui au stade de l’industrialisation», a ainsi souligné Philippe Richert, président de la région Grand Est.

Le chantier a réuni des entreprises spécialisées et des sociétés régionales de construction: CFG Services (Compagnie française de géothermie) et Cofor pour les travaux de forage, Sogeca et SMCE Forage pour les canalisations, Herrmann TP (terrassement de la plate-forme), Léon Construction (génie civil), Framatec (charpente, couverture, bardage).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X