Entreprises de BTP

« La fusion de Pertuy et Norpac crée une entreprise plus forte », Pierre-Louis Daniel (Bouygues Bâtiment Nord-Est)

Mots clés : Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières

Issue de la fusion entre Pertuy et Norpac, la nouvelle filiale de Bouygues Bâtiment pour le Nord-Est veut organiser sa croissance par un maillage territorial plus dense et le renforcement de son activité de développement immobilier.

Le 1er juin dernier, Bouygues Construction a renommé ses cinq filiales dédiées aux régions et à l’Outre-Mer. Pour Bouygues Bâtiment Nord-Est, l’opération a aussi été l’occasion d’une fusion entre Pertuy (filiale pour l’Est) et Norpac (filiale pour le Nord). Rencontre avec Pierre-Louis Daniel, directeur général du nouvel ensemble.

 

Quels sont les objectifs poursuivis avec cette fusion ?

Pierre-Louis Daniel : Pertuy et Norpac étaient deux acteurs très performants, aux chiffres d’affaires comparables malgré des périmètres géographiques très différents (1). Dans un contexte économique très difficile, il nous a paru nécessaire de créer une entreprise plus forte, à la fois en termes de taille et de savoir-faire. Avec 1 050 salariés pour un chiffre d’affaires cumulé de 395 millions d’euros en 2014, Bouygues Bâtiment Nord-Est se hisse à la hauteur des autres filiales régionales du groupe. La société bénéficie des expertises historiques de Norpac sur l’habitat, dans le neuf et en réhabilitation, mais aussi sur l’innovation et l’amélioration de la maîtrise de la santé sécurité. Pertuy apporte son savoir-faire sur les ouvrages fonctionnels et sur les partenariats public-privé.


Comment s’organise la nouvelle entité ?

P.-L. D. : Pour justement favoriser le partage des expertises, l’entreprise est organisée par produits : l’habitat, avec une sous-direction consacrée à la réhabilitation, les ouvrages fonctionnels et l’industrie. Ces trois activités sont pilotées par un directeur en charge de l’ensemble du territoire, avec la mission de diffuser les savoirs et les bonnes pratiques. La branche régionale de Cirmad, la filiale du groupe pour le développement immobilier, constitue le quatrième pilier de notre organisation.

En termes de gouvernance, le siège de l’entreprise a été fixé à Lille, qui est la plus grande ville de notre territoire, mais le siège régional de Cirmad et celui du directeur général restent à Nancy. Il s’agit là surtout d’une question administrative et juridique : Bouygues Bâtiment Nord-Est conservera un ancrage territorial fort avec une mission de représentativité locale pour ses directeurs et le maintien de ses agences actuelles, et une réflexion en cours sur l’ouverture de nouveaux bureaux. Les effectifs actuels seront conservés, avec une optimisation permise par une plus grande mobilité sur les chantiers.

 

Quelle est votre analyse du marché, et quelle sera la stratégie de développement de Bouygues Bâtiment Nord-Est ?

P.-L. D. : Le marché souffre dans toutes ces composantes, et devrait entraîner un recul du chiffre d’affaires de notre entreprise en 2015. Les collectivités locales et l’Etat n’ont plus de moyens et le secteur privé reste en position de repli. Nous avons cependant la conviction que le potentiel existe pour une reprise de l’activité : des besoins de renouvellement se font jour dans les secteurs de l’hôtellerie et des surfaces commerciales, et on sent déjà une certaine dynamique industrielle. L’évolution des modes de vie soutient le marché du logement, et la rénovation énergétique reste un sujet majeur y compris dans le parc des collectivités locales. Dans le secteur public, il existe encore des besoins dans les secteurs hospitaliers, pénitentiaires et universitaires.

Nous restons donc confiants sur les possibilités de croissance de l’entreprise, avec l’objectif de chiffre d’affaires à 450 millions d’euros en 2017. La prise de parts de marché se fera notamment par la poursuite de notre implantation territoriale, comme nous l’avons fait cette année en ouvrant une agence à Metz. L’innovation, le partage des savoir-faire et la performance constituent d’autres leviers de croissance. Enfin, nous attendons un renforcement de notre activité de développement immobilier, avec une contribution de Cirmad au chiffre d’affaires qui doit passer de 15 à 30% dans les prochaines années.

 

Quels seront les chantiers marquants des prochains mois ?

P.-L. D. : Nous poursuivons les deux grands projets hospitaliers engagés à Strasbourg (Hautepierre) et à Belfort-Montbéliard (Hôpital Médian), et entamons la réalisation de l’hôpital de Zurich en partenariat avec la filiale suisse du groupe, Losinger Marazzi. La rénovation-extension du Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg, la réhabilitation de deux lycées à Pont-à-Mousson, la transformation du site minier de Wallers-Arenberg en pôle images et la réhabilitation du tribunal administratif de Lille constituent d’autres beaux chantiers d’ouvrages fonctionnels. Dans le secteur industriel, le projet Partner nous engage sur la réalisation de bureaux et de locaux sociaux dans le parc de centrales nucléaires d’EDF. Nous sommes aussi mobilisés dans trois PPP à Nancy (Pôle Biologie Santé), Lille (Pôle universitaire) et dans l’Aisne (archives départementales). Enfin, Cirmad a sécurisé de beaux projets sur des opérations complexes, comme le Quartier d’affaires du Wacken à Strasbourg.

 

(1) Périmètre géographique de Pertuy : Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Bourgogne et Franche-Comté. Périmètre géographique de Norpac : Nord-Pas-de-Calais et Aisne.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X