Energie

La France se chauffe de tout bois

Mots clés : Bois - Energie renouvelable - Marché de l'énergie

La France est le premier pays consommateur de bois de chauffage en Europe, une tradition déjà ancienne mais que la flambée des prix du pétrole devrait attiser, selon les experts qui soulignent le beau potentiel de la forêt française, la troisième plus importante d’Europe.

Avec 9,3 millions de tonnes équivalent pétrole (tep), la France est le premier pays consommateur de « bois-énergie » (par opposition au bois de construction) en Europe, devant la Suède (8,2 Mtep) et la Finlande (7,2 Mtep), selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).
Si l’on rapporte la consommation au nombre d’habitants, la France n’arrive qu’en neuvième position avec 0,15 tep/habitant, la Finlande (1,39 tep/habitant) et la Suède (0,92 tep/habitant) se classant en tête, souligne toutefois l’Ademe.
« La France a toujours eu une tradition de chauffage au bois », commente Jean-Christophe Pouët, coordinateur du programme bois énergie à l’Ademe.

Près de 6 millions de ménages en France sont équipés d’un appareil de chauffage au bois. Et en 2005, les ventes d’appareils de chauffage au bois (inserts et foyers fermés, poêles, chaudières, cuisinières) ont augmenté de 23% à 430.334 appareils vendus contre 348.080 l’année précédente, selon l’Ademe.
Un véritable renouveau pour la filière: les ventes avaient été divisées par deux entre 1985 et 1996, pour stagner autour des 235.000 unités par an avant d’amorcer ensuite une lente remontée.

Pour l’Ademe, cette renaissance s’explique principalement par la forte hausse des prix de l’énergie au cours des dernières années. Selon les fabricants, « ce qui amène les gens dans les magasins, c’est le prix du baril », indique Jean-Christophe Pouët.
« 60% des français s’auto-approvisionnent en allant chercher le bois eux-mêmes dans la forêt, chez eux ou chez des amis » ce qui est « extrêmement compétitif », explique-t-il. Et pour les 40% restants, ceux qui achètent leur bois de chauffage, « c’est encore compétitif par rapport au chauffage au fuel et à l’électricité », le prix moyen du bois se situant entre 45 et 50 euros le stère, ajoute-t-il.
Ainsi, une famille avec deux enfants qui choisit une solution de chauffage central avec chaudière à bois va consommer une dizaine de stères de bois pour chauffer sa maison tout au long de l’année, soit une facture annuelle de 450 à 500 euros, environ 30% de moins que pour un chauffage au fioul.

Les ventes de chaudières à bois ont explosé en France en 2005 (+ 127% à 11.200 appareils). Les foyers fermés et les inserts ont bien marché (+13% à 250.000 unités) et les poêles à bois encore mieux (+45% à 120.000 exemplaires).
En outre, le bois est une énergie renouvelable dont l’utilisation est neutre en termes d’effet de serre, contrairement aux émissions de gaz carbonique (C02) des énergies fossiles, responsables du réchauffement climatique, plaide l’Ademe.
« Le C02 issu de la biomasse aurait de toutes façons été largué à la mort de l’arbre. C’est un cycle naturel du carbone », fait valoir Jean-Christophe Pouët.

Et si la France n’a pas de pétrole, en revanche elle a beaucoup de bois. « La forêt française est la troisième surface forestière d’Europe après la Suède et la Finlande », souligne-t-il. « Il y a un potentiel très important », ajoute-t-il, estimant que la consommation de bois de chauffage pourrait doubler à 19 Mtep par an.
La loi d’orientation sur l’énergie votée en juillet 2005, qui fixe les objectifs en matière d’énergies renouvelables, prévoit plus modestement un accroissement de quelque 4 Mtep d’ici 2010 pour le bois-énergie.
Emmanuel Angleys (AFP)

Focus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X